A Plague Tale : Innocence (PS4)

kurush
Transformer
Messages : 294
Inscription : 29 juin 2022 10:47

A Plague Tale : Innocence (PS4)

Message par kurush »

A Plague Tale : Innocence (PS4) 03.02.22

Développé par le studio bordelais Asobo Studio associé à Focus Home Interactive (une autre société française, cocorico !), ce AA avait reçu une pluie d'éloges à sa sortie en Mai 2019. Ayant enfin mis la main dessus en début d'année, je l'ai terminé en une petite douzaine d'heures. Session de rattrapage...

L'histoire prend place vers la fin du Moyen Âge, au XIVème siècle (en 1348 plus précisément), alors que le Royaume de France est ravagé par la grande épidémie de Peste Noire ayant éradiqué la moitié de la population d'Europe mais aussi par la Guerre de Cent Ans contre les Anglais. Une période très sombre et violente de l'Histoire, parfaitement retranscrite dans le jeu.

Vous incarnez Amicia De Rune, une jeune fille de 15 ans, qui mène une existence relativement tranquille au sein du domaine familial, dans le Sud Ouest du Royaume. Elle passe le plus clair de son temps avec son père, Robert de Rune, chevalier au service du Roi de France. Sa mère Béatrice (une alchimiste) étant trop affairée à soigner son petit frère Hugo âgé de 5 ans et rongé par un mal soudain, la Prima Macula... Très vite, l'Inquisition (un courant religieux obscur s'apparentant à une secte) va faire irruption dans le domaine, assassiner les parents d'Amicia et Hugo et essayer de mettre la main sur ce dernier (sa maladie est au cœur du scénario mais je n'en dévoilerai pas plus). Vous n'aurez d'autre choix que de vous enfuir et de protéger Hugo dans cet environnement pour le moins hostile, tout en essayant de comprendre comment ralentir la progression de sa maladie...

Sur le plan esthétique, A Plague Tale est une réussite totale. Certains panoramas sont à couper le souffle : vieux moulin au beau milieu d'une forêt, champ de bataille jonché de cadavres des troupes françaises et anglaises (une séquence mémorable), remparts d'un château fort, églises, village lugubre dévasté par la peste où subsistent quelques rares survivants cloitrés chez eux, cryptes et j'en passe. Des environnements bucoliques et magnifiques laissent la place à d'autres beaucoup plus sombres et violents (je dirais même parfois gores). La période médiévale a rarement été aussi bien retranscrite dans un jeu vidéo ! Les développeurs ont eu la bonne idée de ne pas trop déraper dans le fantastique (à quelques exceptions près), pour proposer au contraire une approche réaliste et beaucoup plus immersive selon moi. L'immersion est d'ailleurs renforcée par des collectibles disséminés un peu partout qui vous en apprennent plus sur ce pan de l'Histoire, notamment les "curiosités" : iconographie, savon, encens et aromates, étude d'un écorché (les débuts de l'autopsie, pratique évidemment bannie par l'Eglise), etc. Je serais presque tenté de refaire le jeu pour récupérer tous ceux que je n'ai pas découvert lors de mon premier run ! Concernant l'aspect technique, on pourra éventuellement reprocher quelques animations un peu raides et des expressions faciales pas toujours abouties, mais aussi quelques baisses de framerate, un peu de tearing et des bugs de collision ici et là... Rien de rédhibitoire toutefois !

Olivier Derivière a effectué un gros travail sur l'environnement sonore du jeu. Les musiques font la part belle aux instruments à cordes (violon notamment) et viennent parfaitement souligner les moments forts et poignants du jeu... Et ils s'avèrent nombreux !!! Mention spéciale également pour les voix des persos principaux et secondaires. Pour une fois, la VF est quasi obligatoire pour profiter pleinement du jeu !

Côté gameplay, le titre alterne entre des phases d'infiltration assez stressantes et d'autres phases de réflexion/exploration où le rythme est beaucoup moins soutenu. En pratique, vous allez diriger Amicia la plupart du temps mais pourrez également interagir avec Hugo et quelques persos secondaires et leur donner des ordres basiques. Au début de l'aventure, votre fronde (l'arme principale d'Amicia) vous servira avant tout à détourner l'attention des gardes et à les distraire mais elle se transformera rapidement en un objet mortel. On sent que les développeurs ont puisé leur inspiration dans The Last of Us (il y a pire comme référence !), avec pas mal de loot à récupérer, du craft pour améliorer votre fronde et fabriquer des mixtures. La coopération entre les persos rappelle (un peu) celle entre Ico et Yorda.

Les rats sont bien évidemment au cœur du gameplay, et constituent l'incarnation physique de la peste. Leur modélisation est assez bluffante, ils inondent l'écran et représentent une menace permanente ! Ils se jettent sur les humains et les animaux et vous font passer de vie à trépas en l'espace de quelques secondes. Par contre, ils sont sensibles à plusieurs éléments : la lumière, le feu et les éclairs. A vous d'en faire bon usage donc... Tout le gameplay du jeu réside dans le fait de tirer avantage des hordes de rats qui grouillent et de les retourner contre vos adversaires. Avec quelques petites énigmes glissées ici et là pour faire travailler vos méninges, rien de bien compliqué cela dit. Il suffit en général d'être attentif et d'avoir bien scanné l'environnement pour trouver la solution.

Assez basique au début, le gameplay s'étoffera avec l'arrivée de nouveaux sorts et mixtures :
- "Ignifer" pour allumer les braises et "Extinguis" pour éteindre les feux
- "Somnum" pour éliminer silencieusement un ennemi (que j'ai assez peu utilisé au final)
- "Luminosa", qui crée une puissante source de lumière détruisant instantanément tous les rats aux alentours
- "Imperium" (dont je n'en dirai pas plus sous peine de spoiler le scénario, on l'obtient dans le dernier quart du jeu)
- "Odoris" pour attirer les rats présents dans les environs
- " Devorantis" qui force un ennemi touché à la tête à retirer son casque, le laissant ainsi à la merci de la fronde d'Amicia

Le gameplay aurait gagné à être un peu moins raide. Avec votre fronde, vous pouvez locker automatiquement les têtes des ennemis (un headshot étant synonyme de mort). Mais si vous avez le malheur d'être repéré, il devient très compliqué de vous débarrasser des ennemis dans le feu de l'action, ce qui peut s'avérer très frustrant... Préparez-vous à recommencer certains passages à maintes reprises. Fort heureusement, les checkpoints sont nombreux, rendant l'expérience un peu plus digeste. Dommage également que le soft soit aussi linéaire, laissant finalement peu de place à l'improvisation, d'autant plus que l'IA des ennemis se révèle assez scriptée, perfectible en somme...

Malgré ces quelques menus défauts, on prend un réel plaisir à accompagner Amicia et Hugo dans leurs pérégrinations, d'autant plus que l'histoire, quoique assez classique, est bien construite et vous tiendra en haleine. La qualité de la narration est vraiment à souligner. La relation entre Amicia et Hugo évoluera au fil de l'aventure. Totalement étrangers au début mais inextricablement liés par un destin commun, ils vont devoir apprendre à se connaître et à composer avec les qualités et défauts de chacun. Les méchants s'avèrent également convaincants et très charismatiques, avec en tête de proue Nicholas, le bras armé de l'Inquisition mais surtout Vitalis, un ancien membre du Clergé devenu fou à lier et qui nourrit de sombres desseins... Vous ne verrez clairement pas le temps passer ! Comme je le disais en préambule, comptez une douzaine d'heures pour terminer les 17 chapitres qui composent le jeu.

En conclusion, assurément un très bon titre (je n'irai pas non plus jusqu'à la qualifier de chef-d'œuvre contrairement à certains journalistes de la presse spécialisée) qui brille avant tout par son ambiance extraordinaire, ses personnages bien construits et sa narration efficace. Il n'est malgré tout pas exempt de défauts (un peu trop linéaire, gameplay pas totalement abouti, etc) mais il vient titiller les AAA dont il s'inspire, les productions Naughty Dog en tête. Bravo aux petits gars d'Asobo ! Des bases très solides pour rendre une copie encore meilleure avec sa suite, Requiem, qui devrait sortir dans le courant de l'année... Un argument supplémentaire pour passer à la PS5 !

Ma note : 16.5/20

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Urbinou
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2887
Inscription : 10 nov. 2020 15:38
Localisation : Liège, Belgique
Contact :

A Plague Tale : Innocence (PS4)

Message par Urbinou »

Très beau jeu, mais beaucoup trop dirigiste ! Voici ce que j'en avais dit après l'avoir terminé :
https://www.gamers-things.com/forums/to ... 724#p46724
Très beau jeu ! Malheureusement trop dirigiste à mon goût, on a peu de liberté, impossible de tirer par exemple si le jeu ne l'a pas décidé, ou de grimper sur un obstacle s'il ne nous y invite pas. Et pire, comme la touche grimper est la même qu'esquiver, on se retrouve parfois à 2 mètres de l'obstacle, dans les bras du poursuivant ! Enfin, les indices sont balancés bien trop vite, suffit de passer 5 secondes à étudier l'environnement qu'un de nos potes nous dirige vers ce que le jeu a décidé comme moyen de résolution, c'est assez tasse-touille ! Un peu comme ce ptit con de frangin qui s'obstine à ne pas m'écouter et qui aurait mérité quelques baffes :mrgreen:
Mais au fil des chapitres, les possibilités s'étoffent, et avec elles, le plaisir de jeu. Un très bon moment malgré ses défauts, merci l'Epic Store pour ce cadeau :)

kurush
Transformer
Messages : 294
Inscription : 29 juin 2022 10:47

Les tests PS4 de Kurush

Message par kurush »

Je peux difficilement te donner tort, puisqu'il s'apparente à un long couloir... Perso les jeux dirigistes ne me dérangent pas outre mesure... Mais j'espère qu'ils amélioreront cet aspect pour le second opus !

Avatar de l’utilisateur
BeyondOasis
Expendable
Messages : 12947
Inscription : 03 nov. 2020 09:48
Localisation : 93

Les tests PS4 de Kurush

Message par BeyondOasis »

Beaucoup aimé A Plague Tale, notamment parce que quand je l'ai lancé je voulais un jeu à couloir. J'avais pas envie de m'embêter avec de l'exploration, et ce jeu m'a offert exactement ce que j'attendais

Avatar de l’utilisateur
Urbinou
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2887
Inscription : 10 nov. 2020 15:38
Localisation : Liège, Belgique
Contact :

Les tests PS4 de Kurush

Message par Urbinou »

Le souci amha n’est pas juste dans l’aspect couloir, mais surtout les autres points que j’ai évoqués. Mais qu’on ne se méprenne pas, j’ai globalement apprécié la balade ! Surtout pour 0 euro ;)

kurush
Transformer
Messages : 294
Inscription : 29 juin 2022 10:47

Les tests PS4 de Kurush

Message par kurush »

BeyondOasis a écrit :
01 juil. 2022 14:55
Beaucoup aimé A Plague Tale, notamment parce que quand je l'ai lancé je voulais un jeu à couloir. J'avais pas envie de m'embêter avec de l'exploration, et ce jeu m'a offert exactement ce que j'attendais
J'ai un peu le même ressenti que toi. Les jeux à couloir ne me dérangent pas si le scénario est bien ficelé, les persos attachants et l'aventure captivante. Tous ces ingrédients étaient réunis dans A Plague Tale.

Avatar de l’utilisateur
BeyondOasis
Expendable
Messages : 12947
Inscription : 03 nov. 2020 09:48
Localisation : 93

Les tests PS4 de Kurush

Message par BeyondOasis »

Urbinou a écrit :
01 juil. 2022 15:48
Le souci amha n’est pas juste dans l’aspect couloir, mais surtout les autres points que j’ai évoqués. Mais qu’on ne se méprenne pas, j’ai globalement apprécié la balade ! Surtout pour 0 euro ;)
Effectivement, on sent quelques limitations, notamment par rapport à la taille du projet par rapport à l'équipe, donc je lui passe pas mal de défauts.

Répondre

Revenir à « PS4 »