Les Chevaliers de Baphomet (PS1)

kurush
Transformer
Messages : 294
Inscription : 29 juin 2022 10:47

Les Chevaliers de Baphomet (PS1)

Message par kurush »

Les Chevaliers de Baphomet (PS1) 18.09.22

Ah les Chevaliers de Baphomet…. J’étais alors en classe de 4ème et je l’avais demandé à mes parents pour Noël (il est sorti en décembre 1996) mais manque de bol, il était en rupture de stock au Auchan de Bron (je me souviens d’ailleurs que ma mère y était allée à 2 reprises en l’espace de quelques semaines). J’avais malheureusement dû faire l’impasse sur ce jeu pour les fêtes de fin d’année ! Fort heureusement, mes parents avaient pu mettre la main sur un exemplaire en début d’année 1997 et je l’avais dégusté comme un précieux flacon. J’avais tout naturellement enchainé avec FFVII dans la foulée, qui était sortie fin janvier de mémoire. Epoque bénie et révolue…

Les Chevaliers de Baphomet (« Broken Sword: The Shadow of the Templars » en anglais) fait partie des tous premiers jeux du genre point & click auquel il m’ait été donné de jouer, avec l’excellentissime Indiana Jones and The Last Crusade qui tournait sur le PC familial. Il a été développé par Revolution Software et est sorti simultanément sur Mac, PS1 et PC fin 1996, avant d’être porté sur GBA en 2002 puis sur smartphone dans sa version Director’s Cut 10 ans plus tard.

L’intro débute sur un écran noir avec cette phrase énigmatique prononcée par le héros (qui résonne encore en moi plusieurs décennies plus tard) :
"Paris en Automne, les derniers mois de l'année et la fin d'un millénaire. La ville évoque en moi des souvenirs de café, de musique, d'amour… et de mort".
Vous incarnez donc George Stobbart, un touriste américain qui profite de ses vacances en Europe, en sirotant tranquillement un café à la terrasse d’un troquet parisien… Quand soudainement, un homme déguisé en clown fait irruption et provoque un attentat en faisant exploser le café. George s’en sort vivant mais, piqué par sa curiosité, décide de mener l’enquête sur le tueur et la victime. Il fera rapidement la rencontre de Nicole Collard (Nico), une journaliste d’investigation qui aime fouiner elle aussi, et qui deviendra votre principale alliée et acolyte lors de vos pérégrinations.

Image

Techniquement, le jeu impressionnait à sa sortie avec des environnements typés et colorés, sans parler des cinématiques très réussies. Aucun doute, le titre s’apparentait à un véritable dessin animé interactif ! La représentation de Paris m’avait bluffé à l’époque, de même que l’Irlande, la Syrie, etc. Avec du recul, on pourra quand même regretter un manque de finesse dans les décors et un aliasing prononcé, qui empêchent parfois de distinguer des éléments interactifs indispensables pour progresser dans votre enquête.

Les Chevaliers de Baphomet a d’abord été pensé pour être joué à la souris mais on s’accommode finalement assez bien de la manette : un bouton pour le clic gauche (action), un autre pour le clic droit (description), les gâchettes pour déplacer plus rapidement le curseur et le tour est joué ! 2 barres sont également présentes et vous permettent d’interagir avec les éléments du décor et les PNJ : en haut votre inventaire, en bas une barre de dialogue et d’action.

Les musiques signées Barrington Pheloung font mouche et, même si elles sont finalement assez discrètes, se marient à merveille avec les environnements pour renforcer l’immersion et souligner les moments clés et dramatiques. Mais ce sont surtout les doublages qu’il faut louer, dont celui de George Stobbart par le comédien Emmanuel Curtil. Son délicieux accent américain vous restera longtemps en mémoire. Lorsque j’étais ado, j’avais bloqué sur sa façon de prononcer le mot clown ("claoune"). Absolument TOUS les dialogues du jeu sont au format audio. Cela peut prêter à sourire de nos jours mais constituait une sacrée performance à l’époque ! Revers de la médaille, les chargements sont nombreux (quasiment à chaque ligne de dialogue) avec des animations un poil saccadées et le bruit du lecteur CD en toile de fond... Pour en profiter pleinement et couvrir le bruit du lecteur, jouez-y au casque ou montez le volume de votre téléviseur !

Les Chevaliers de Baphomet brille également par son humour omniprésent. George a beau être américain, il manie le flegme et le second degré mieux que les Britanniques eux-mêmes ! Vous vous surprendrez fréquemment à sourire voire carrément à rire. La galerie de PNJ hauts en couleur tient aussi pour beaucoup dans la réussite du soft. Il serait trop long de tous les citer mais entre le policier qui déserte son poste (la plupart des PNJ français du jeu sont de gros fainéants au passage, petite pique des développeurs anglais sans doute, Charles Cecil en tête), la comtesse britannique du palace qui s’encanaille en vous filant un coup de main, les ivrognes du pub en Irlande, Ultar, le guide chauffeur syrien au français approximatif qui ne cherche qu’à vous extorquer un petit billet, Lobineau, un histoiren spécialiste de l’époque médiévale qui vous en apprendra plus sur la véritable histoire des Templiers, Nico, qui vous rembarrera à la moindre occasion, Arto, le vendeur de kebab qui ne parle pas un traitre mot de français à l’exception de « Kebab, meilleur délice ! » etc… La variété est de mise, toutes les classes sociales et les tempéraments étant représentés !

Vos aventures rocambolesques vont vous mener aux quatre coins de Paris et de l’Europe (et même jusqu’au Moyen-Orient). Voici le déroulement complet du jeu (à zapper si vous ne souhaitez pas être trop spoilé) :

Paris

Image

Image

Irlande

Image

Paris

Image

Les catacombes de Montfaucon

Image

Espagne

Image

Syrie

Image

Montfaucon

Image

Institut Nerval

Image

Espagne

Image

Train

Image

Ecosse et Fin

Image

Image

Les Chevaliers de Baphomet se plie en 7 à 10 heures, en fonction de votre expérience dans le genre point & click et bien sûr si vous utilisez ou non une soluce ! Certaines énigmes s’avèrent assez alambiquées (celle avec cette satanée chèvre en Irlande m’avait fait rager à l’époque !!!) donc pensez à combiner différents éléments entre eux, à interagir avec tous les PNJ, à prendre conseil au téléphone auprès de Nico et à ne pas hésiter à faire de multiples allers-retours dans des lieux déjà visités. Il est possible de sauvegarder à n’importe quel moment à l’aide du bouton select. Une aide de choix puisque vous serez sans doute amené à mourir plusieurs fois au cours de l’aventure…


En conclusion, Les Chevaliers de Baphomet constitue un excellent titre dans le genre point & click. L’intrigue vous tiendra en haleine, elle s’avère passionnante de bout en bout avec un scénario bien ficelé. Qui plus est, elle est très bien documentée sur le plan historique. Votre ressenti dépendra malgré tout de votre appétence à ce style de jeux, un genre tombé en désuétude. Ma nostalgie altérant mon objectivité, il m’est donc difficile de savoir s’il est possible de l’apprécier à sa juste valeur si on le découvre seulement en 2022. Me concernant en tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à le refaire, malgré son rythme assez lent, les nombreux ralentissements, des moments de frustration liés à des énigmes tirées par les cheveux et des morts intempestives !

Ma note : 17/20

Image

Tests des magazines de la presse spécialisée à l’époque :

Joypad #59 (Décembre 1996) : 95% (par TRAZOM)

« Rien à dire sur la qualité même de ce superbe jeu d’aventure. On y trouve de tout : suspense, histoire, rebondissements, action, réflexion ; bref, tout ce qu’il faut pour intéresser le joueur exigeant. Malgré quelques petites longueurs que l’on pardonnera aisément, Les Chevaliers de Baphomet est sans problème le meilleur jeu d’aventure sur PlayStation. Allez-y sans risques, vous serez sûr de ne pas vous tromper sur la marchandise ! »

Graphismes 18 Animation 18 Maniabilité 17 Son/Bruitage 16

J’aime : Les fanas d’aventure ne doivent pas rater ça ! Des animations superbes. Une intrigue bien ficelée. Pas mal de réflexion. On en a pour son argent !

J’aime pas : Quelques petites lenteurs parfois… Beaucoup (trop ?) de dialogues ! Souris indispensable !

http://download.abandonware.org/magazin ... -12%29.jpg

http://download.abandonware.org/magazin ... -12%29.jpg

http://download.abandonware.org/magazin ... -12%29.jpg

Player One #70 (Décembre 1996) : 91% (par Wolfen)

En résumé : « Venue du micro, cette aventure a tout à fait sa place sur console ; Sans donner dans le tape-à-l’œil, elle ne manque pas d’intérêt. »

Graphisme 90% Animation 88% Son 90% Jouabilité 89%

http://download.abandonware.org/magazin ... 200102.jpg

http://download.abandonware.org/magazin ... 200103.jpg

Playstation Magazine #6 (Novembre/Décembre 1996) : 5/5

En résumé : « Ce jeu ne s’adressera pas seulement aux amateurs de jeux d’avanture, mais également aux fans de Beau, qui seront dépaysés durant de très longues heures. Entièrement traduit en français, LCB est mystique et les énigmes de haut niveau. Du très très bon ! »

Graphismes 5 Durée de vie 5 Jouabilité 5 Musique et son 4 Originalité 3 Présentation 4

http://download.abandonware.org/magazin ... 200072.jpg

http://download.abandonware.org/magazin ... 200073.jpg

Avatar de l’utilisateur
BeyondOasis
Expendable
Messages : 11699
Inscription : 03 nov. 2020 09:48
Localisation : 93

Les Chevaliers de Baphomet (PS1)

Message par BeyondOasis »

Top test pour un top jeu

Mon père, qui n'était absolument pas joueur, y a pourtant passé énormément de temps, donc je garde de ce jeu un affect particulier

Avatar de l’utilisateur
spip
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2674
Inscription : 12 nov. 2020 07:47

Les Chevaliers de Baphomet (PS1)

Message par spip »

Super test !
Excellent jeu, fait sur PC à l'époque. Mais sans soluce, je n'ai jamais dépassé cette foutue chèvre, qui a probablement traumatisé des milliers de joueurs à l'époque.
A refaire un de ces 4.

Avatar de l’utilisateur
DjBegi
Expendable
Messages : 3348
Inscription : 02 nov. 2020 09:13
Localisation : Moselle

Les Chevaliers de Baphomet (PS1)

Message par DjBegi »

Ca fait parti de la seule série de Point & Click que j'affectionne.
Je me souviens avoir fini les 2 premiers sur PS1, et bien plus tard le 5e sur PS Vita.
De bons souvenirs
And now, I'm an old broken down piece of meat

Image

Répondre

Revenir à « PS1 »