Vos dernières séances [films/Animes]

Envie de discuter d'un film, d'une série?
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Je l'ai vu aussi avec les enfants pendant la fête du cinéma. Gros bof.
Je n'étais déjà pas fan du premier, et malgré quelques idées sympas, cette suite n'est pas très intéressante. Que ce soit dans le fond ou dans la forme...
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Egalement vu en famille, mercredi, pour profiter de la place à 5 euros. Les deux filles ont aimé, mais moi et ma compagne beaucoup moins. C'est peut-être un Pixar qui parle plus aux ados qu'aux adultes !? En tout cas, moi j'avais adoré le premier Vice-Versa, la déception est d'autant plus grande ...

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

lessthantod a écrit :
03 juil. 2024 09:13
Je viens de mater Casino Royale ...

Image

Sorti quatre ans après Meurs un autre Jour, le dernier volet de la saga des James Bond porté par Pierce Brosnan, Casino Royale avait la lourde tâche de ressusciter une franchise alors tombée bien bas. Notre espion britannique préféré fait son grand retour, mais exit Pierce Brosnan et welcome Daniel Craig. C'est également le retour de Martin Campbell à la réalisation, après avoir réalisé Goldeneye, de loin le meilleur James Bond avec Pierce Brosnan et même l'un des meilleurs opus de toute la saga. Alors qu'en est-il de ce James Bond version 2006 ? Martin Campbell arrivera-t-il à ressusciter une franchise bien mal en point au sortir des années 90 ?

Casino Royale est un total reboot de la série et pour l'occasion, on laisse tomber les gadgets débiles, les cascades surréalistes et l'humour gras, pour laisser place à un nouveau James Bond, plus humain et plus sombre. En fait, on revient aux sources de la saga, pour coller au plus près de la vision de son créateur Ian Fleming. Et c'est peu dire que peu de gens misaient sur la réussite de cet opus, avec un acteur encore peu reconnu du grand public et qui plus est, au physique qui ne correspondait pas vraiment aux canons de la saga établis par Sean Connery. Jusqu'à présent, nous n'avions eu que des bruns aux yeux foncés, musclés et regard séducteur. Or, Daniel Craig était blond aux yeux clairs, plutôt frêle et le regard plus tourmenté.

Alors que Sean Connery, Roger Moore, George Lazenby, Timothy Dalton et Pierce Brosnan étaient des hommes séduisants, drôles et plutôt trapus, le 007 de Daniel Craig représentait une nouvelle ère, moins comique et plus axée sur l'action, comme un vrai agent du MI6. Et il faut dire qu'une fois le film sorti, Daniel Craig aura mis tout le monde dans sa poche, même les plus sceptiques. En plus d'incarner un James Bond plus réaliste et plus sensible, Daniel Craig est un 007 qui en impose. Nous avons là peut-être le meilleur interprète du personnage depuis Sean Connery, le meilleur à mes yeux parce que c'est le premier et parce que son élégance, ainsi que son charisme, sont inégalables. Oubliez le brushing de Pierce Brosnan et le sourire ravageur de Roger Moore, Daniel Craig impose sa fragilité et son côté tourmenté. Il se rapproche un peu du style de Timothy Dalton, un James Bond que j'aime beaucoup.

Dans Casino Royale, nous suivons un agent du MI6 fraîchement promu 007, qui va devoir démanteler un réseau criminel dirigé par Le Chiffre (Mads Mikkelsen). Nous changeons radicalement des opus précédents, fini les gadgets et les Bond invincibles en mode super-héros. Ici, Daniel Craig doit se débrouiller tout seul, pour l'instant, sans l'aide de Q ni de Moneypenny qui ne feront leur apparition qu'à partir du troisième opus de la saga (Skyfall). Le film s'ouvre sur une course poursuite à pied très mouvementée, qui met direct dans l'ambiance. La séquence de la grue est notamment l'une des scènes d'action les plus renversantes jamais vue dans un James Bond depuis très longtemps. Mais comme le titre du film l'indique, le scénario tourne principalement autour du casino et plus particulièrement autour du poker. James Bond va devoir affronter au poker ce fameux Le Chiffre et fera connaissance pour l'occasion de Vesper Lynd (la splendide Eva Green), l'une des James Bond girls des plus fascinantes qu'il m'ait été donné de voir dans un James Bond.

Pour ce qui est du casting, Daniel Craig impose son style et nous propose un James Bond plus réaliste, plus moderne. Dans le rôle de la James Bond girl, Eva Green est magnifique et incroyablement séduisante, mais elle n'est pas là que pour son beau visage. Elle est bien plus qu'une simple conquête pour James Bond, elle deviendra le véritable amour de 007. Dans le rôle du grand méchant de service, Mads Mikkelsen est juste excellent, avec sa tête menaçante et un œil qui pleure du sang. C'est dans ce rôle que je l'ai découvert pour la première fois et depuis je suis très fan de l'acteur (Pusher et surtout Pusher II, La Chasse et Drunk). Quant à Judi Dench, elle reprend son rôle de M, qu'elle incarnait depuis Goldeneye.

En bref, Martin Campbell nous offre un film intense et nerveux, sans se perdre dans la surenchère de cascades surréalistes à la Meurs un autre Jours (l'un des pires opus de la saga). Le scénario est captivant et les parties de poker sont là pour vous tenir en haleine. Mais il vous faudra voir Quantum of Solace (un opus pas bien fameux) pour connaître la suite de l'histoire, car oui il y aura une continuité dans les James Bond version Daniel Craig. Et bien que le film de Martin Campbell ne mise pas tout sur l'action, ça reste tout de même très spectaculaire, notamment la fameuse course poursuite de la scène d'ouverture ou encore la scène finale avec le palais qui coule à Venise. Il aura fallu tout de même attendre quatre ans, mais l'attente aura valu la peine, pour l'un des meilleurs opus de cette si grande saga.
Je me suis fait l'intégrale des James Bond avec avec Daniel Craig ...

Image

Sorti en 2008 et réalisé par Marc Forster, Quantum of Solace est le second volet des aventures de James Bond version Daniel Craig. Judith Dench est de retour dans le rôle de M. tout comme Jeffrey Wright dans le rôle de l'agent Felix (CIA) et Giancarlo Giannini dans le rôle l'agent Mathis (MI6), mais toujours pas de Q. et toujours pas de Moneypenny ... à se demander si on est bien dans un James Bond. Mais le dépaysement est là, c'est au moins ça de respecté, puisqu'on voyage entre Haïti, l'Autriche et la Bolivie. Et puis, il y a deux James Bond girls plutôt ravissantes, interprétées par Olga Kurylenko et Gemma Arterton. Par contre, le méchant interprété par le français Mathieu Amalric est complètement ridicule, c'est le gros point faible de ce film.

Quantum of Solace est la suite directe de Casino Royale et James Bond est bien décidé à traquer ceux qui ont manipulé Vesper dans le but de le trahir. Le scénario se résume à ça, un film de vengeance ultra basique. La mise en scène est clipesque, c'est illisible et on se croirait dans un film d'action décérébré à la Michael Bay. On est loin de la réalisation classieuse d'un Casino Royale, confiée à un vrai bon réalisateur compétent et british (Martin Campbell). Et puis ça manque de finesse, d'humour et d'émotion. Heureusement que les deux James Bond girls assurent plutôt bien, même si je regrette un peu qu'il n'y ait pas de romance entre Camille (Olga Kurylenko) et James et que l'agent Fields (Gemma Arterton) meurt victime de James.

Le film dure moins de 2h00, c'est le film le court de l'ère Daniel Craig et pourtant on s'ennuie ferme. Pour un film d'espionnage, je recherche encore l'intrigue. En fait, le film enchaine les scènes d'action les unes après les autres et nous, on débranche le cerveau. Alors certes, les deux James Bond girls sont très belles, mais ça ne raconte rien sur elles. Le seul intérêt de ce film c'est Daniel Craig, impeccable dans le costume de l'agent 007. On suit la psyché de James Bond après le mort de Vesper. C'est un James Bond déboussolé, violent et égocentrique, au point où il ne se rend pas compte que son comportement est destructeur aussi bien pour lui que pour les autres, Mathis et Fields étant les principaux dommages collatéraux.

Bref, avec Quantum of Solace on aurait pu espérer un James Bond avec plus de subtilité, plus d'émotion et plus d'humour. Malheureusement, c'est plutôt l'inverse qui se produit avec un James Bond qui manque cruellement d'idées. Heureusement, le film est généreux niveau action. Un James Bond banal, qui n'a pas su rester dans la lignée de Casino Royale, mais qui reste divertissants, sans plus !

Image

Skyfall se révèle être un bon James Bond, pas du niveau de Casino Royale, mais tout de même fort sympathique. Il y a tous les éléments qui font un bon James Bond, c'est rythmé avec beaucoup d'action et on ne s'ennuie jamais. A noter également, il y a beaucoup de clins d'œil aux premiers films de la franchise et ça fait toujours plaisir pour un fan des vieux James Bond comme moi. Et puis Daniel Craig est décidément un très bon 007, très charismatique et classe.

Aux côtés de Daniel Craig, nous retrouvons Judi Dench dans le rôle de M., Javier Bardem dans le rôle du grand méchant qui est très méchant (et avec une perruque blonde improbable) et Ralph Fiennes qui, on se doute bien, aura un rôle plus important dans les futurs volets de la saga. C'est aussi l'occasion d'introduire ici deux personnages emblématiques de la saga, à savoir Q. et Moneypenny, respectivement interprétés par Ben Whishaw et Naomie Harris.

La scène d'introduction met tout de suite dans l'ambiance, avec une course poursuite à moto sur les toits d'Istanbul complètement dantesque. C'est alors que James Bond tombe du ciel pour atterrir dans l'eau et est laissé pour mort, d'où le titre du film Skyfall. Le deuil se fait autour de James Bond, mais bien sûr il ne meurt pas vraiment et revient au QG du MI6, sinon il n'y aurait pas de film.

Skyfall, c'est du film d'espionnage et du film d'action avec un scénario cousu de fil blanc ... c'est du James Bond, quoi ! Mais le gros point fort du film, c'est la réalisation de Sam Mendes qui est très soignée, avec une photographie de Roger Deakins (le directeur de la photographie attitré de Sam Mendes) franchement superbe. Et puis, Javier Bardem incarne un méchant très charismatique, motivé par la vengeance (pour ne pas en dire plus). Alors certes, Javier Bardem en fait des tonnes, mais qu'est-ce que c'est jouissif.

Le film dure un peu plus de 2h00 et malheureusement ça se ressent, le film tire vraiment en longueur sur la fin. Toujours est-il que que le final est spectaculaire et "explosif". Et puis, le scénario est assez léger et trop prévisible et surtout, ça manque d'humour et les gadgets, tout comme les James Bond girls, sont trop peu présents. Malgré tout, ne vous y trompez pas, c'est un bon James Bond, bien meilleur que Quantum of Salace, c'est une certitude, mais on reste un cran en dessous d'un Casino Royale, qui reste pour moi le meilleur des James Bond avec Daniel Craig (et l'un des meilleurs James Bond tout court). (6.5/10)

Image

Sorti en 2015 et toujours réalisé par Sam Mendez (réalisateur du volet précédent Skyfall), Spectre est le quatrième et avant dernier volet des James Bond avec Daniel Craig. Le retour de Sam Mendes à la réalisation est déjà un atout majeur pour le film, mais le gros point fort du film c'est l'introduction de Christoph Waltz (un acteur que j'aime beaucoup) en tant que nouveau antagoniste de James Bond. L'acteur autrichien est toujours excellent et il ne fait pas exception ici. J'aime beaucoup aussi la nouvelle James Bond girl interprétée par la française Léa Seydoux. N'en déplaise à ses détracteurs, c'est une excellente actrice, qui plus est, très belle. Et puis Ralph Fiennes prend du galon ici, puisqu'il incarne le nouveau M. ...
► Afficher le texte
C'est le grand retour d'une grande organisation secrète et internationale fondée et dirigée par le cerveau criminel Ernst Stavro Blofeld (Christoph Waltz), d'où le titre du film Spectre. Alors certes, le scénario est classique et sans surprise, mais on retrouve dans Spectre tous les codes des anciens James Bond, à savoir de belles voitures, de belles femmes, des gadgets, des cascades spectaculaires et un 007 ultra charismatique. C'est pourquoi Spectre est mon second James Bond préféré version Daniel Craig, derrière Casino Royale et devant Skyfall.

La mise en scène de Sam Mendes est toujours aussi brillante. La scène d'ouverture à Mexico est phénoménale avec un plan séquence très spectaculaire. Et puis le casting est excellent. J'aime beaucoup le nouveau M. et sa dualité avec C (Andrew Scott) est très intéressante. Et puis, les scènes avec James Bond et Q. (Ben Whishaw) sont un délice de complicité et d'humour. En plus de Blofeld, on a un Dave Bautista qui est également très impressionnant en colosse invincible. Du coup, on a deux méchants qui rivalisent avec James Bond. Aprés, on peut juste regretter que Moneypenny (Naomie Harris) retourne à son simple rôle de secrétaire, comme on l'a connue dans les premiers films de la saga, alors que dans Skyfall elle était un agent de terrain.

Bref, vous l'aurez compris, je ne suis pas du tout d'accord avec les avis mitigés sur ce film. Beaucoup de fans des James Bond lui préfère Skyfall, ce n'est pas mon cas. J'ai trouvé Skyfall beaucoup trop sage comparé à Spectre. Ralphn Fiennes fait un excellent M., on retrouve les James Bond girls et les gadgets qui étaient quasi absents dans Skyfall, ainsi que l'organisation Spectre qui fait son grand retour avec un Christoph Waltz toujours aussi impeccable. Le 24ème film officiel de la saga constitue un excellent divertissement, avec une ambiance proche de l'époque des Sean Connery que j'aime beaucoup. (un bon 7.5/10)

Image

Mourir peut attendre est le dernier film de la saga des James Bond avec Daniel Craig. Cette fois-ci réalisé par Cary Joji Fukunaga et non plus par Sam Mendes, le film souffre clairement d'une mise en scène quelconque et d'un montage pour le moins chaotique. Et qui dit "au revoir" Sam Mendes, dit "au revoir" Roger Deakins, d'où une photographie nettement moins léchée et beaucoup trop éclairée (trop de lumière). Heureusement, on retrouve le casting cinq étoiles de l'opus précédent, avec l'arrivée en plus de quelques nouveaux. Aux côtés de Daniel Craig, Léa Seydoux est de retour en James Bond girl, tout comme Ralph Fiennes, Chritoph Waltz, Ben Whishaw, Naomie Harris et même Jeffrey Wright de retour après Casino Royale. Chez les petits nouveaux, on a Rami Malek dans le rôle du méchant, Lashana Lynch en nouveau agent 007 et la magnifique Ana de Armas en nouvelle James Bond girl, malheureusement sous-exploitée.

Quelques années après les évènements qui se sont déroulés dans Spectre, on retrouve James Bond en Italie avec Madeleine (Léa Seydoux). Ils vivent un amour parfait ou tout du moins en apparence, car James Bond est convaincu que Madeleine l'a trahi et décide de rompre avec elle. Cinq ans plus tard, un nouveau méchant (Rami Malek) met au point un arme biologique (le Projet Héraclès) qui menacerait l'humanité entière. James Bond est contraint de sortir de sa retraite, sollicité par un ancien ami de la CIA (Jeffrey Wright). Il devra alors composé avec le nouveau agent 007 (Lashana Lynch) qui a pris sa place au sein du MI6.

On voyage beaucoup dans ce James Bond, en Norvège, en Italie, à Londres, à Cuba, en Jamaïque ... on veut nous en mettre plein la vue avec cette dernière occurrence de Daniel Craig en James Bond. Mais voilà, le scénario abuse des facilités scénaristiques et Rami Malek est un méchant assez peu convaincant, à la limite du ridicule. Et si on est content de voir Ana de Armas en James Bond girl, ce sera une apparition de très courte durée, dommage ! Quant à Christoph Waltz, il ne sert à rien ici et d'ailleurs il meurt très vite. Et pour finir avec les défauts du film, le scientifique russe est assez insupportable en tant que pseudo "comic relief".

Il y a tout de même des scènes assez touchantes ...
► Afficher le texte
Bref, Mourir peut attendre est peut-être le film de trop et je continue de penser que Spectre était le film parfait pour conclure l'aventure avec Daniel Craig. Au final, avec ce cinquième et dernier volet, ça ressemble plus à un chant du cygne, qu'à une fin en apothéose comme je l'espérais.
Dernière modification par lessthantod le 06 juil. 2024 11:05, modifié 1 fois.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

lessthantod a écrit :
05 juil. 2024 15:23
Egalement vu en famille, mercredi, pour profiter de la place à 5 euros. Les deux filles ont aimé, mais moi et ma compagne beaucoup moins. C'est peut-être un Pixar qui parle plus aux ados qu'aux adultes !? En tout cas, moi j'avais adoré le premier Vice-Versa, la déception est d'autant plus grande ...
Les miennes n'ont pas trop aimé, mais elles ne sont pas ados.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Celle de 10 ans a beaucoup aimé, même si elle l'a trouvé un peu trop long.
Celle de 15 ans a bien aimé, mais elle préfère le 1.

Avatar de l’utilisateur
Killvan
Chevalier du Zodiaque
Messages : 4185
Inscription : 15 nov. 2020 11:35
Localisation : Nancy

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Killvan »

J'ai bien apprécié Vice et Versa 2, ils ont bien su renouveler le 1er, avec les nouvelles émotions + le fait que l'on passe d'une enfant à une ado. Ca laisse clairement présagé un 3è film possible (encore de nouvelles émotions, passage à l'âge adulte...). J'ai passé un bon moment tout le long du film en tout cas :)
Fly, Aiolia, Secret of Mana et la GBA, c'est plus fort que toi !

Image

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Image
- "Midnight in Paris", réalisé par Woody Allen, sorti en 2011 -

J'ai vraiment accroché au scénario, c'était génial de revisiter le Paris des années 20 ou de la "Belle Epoque", du moins de voir la vision de Woody. Mais aussi et surtout d'être témoin des grandes personnalités et de leur présent… Génial. Les acteurs jouent assez bien leur rôle, certains bien plus que d'autres à mon sens. Mais dans l'ensemble j'ai trouvé ça très bien. Certaines photos sont très très belles… On sent que le réalisateur aime Paris ^^ Dernier point cool : la réflexion sur le moment présent. Génial.

Bref, j'ai beaucoup aimé.


Image
- "Day of the Dead", réalisé par George Andrew Romero, sorti en 1985 -

Pour l'instant c'est mon préféré, même si certains perso m'ont été insupportables (les militaires) ^^ Mais le reste m'a accroché, les maquillages et effets gores sont vraiment très bons, ça bastonne de ce côté là. Sinon psychologiquement c'est pas mal également, mise à part l'exagération du militaire gros bras, gueulard et tebé... Dommage, j'aurais pu m'en passer. L'OST aussi, très typé 80, elle fait le taff.

Plus bourrin que les autres, mais bien sympa.
Dernière modification par wiiwii007 le 07 juil. 2024 15:56, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Image
- "The Circus", réalisé par Charlie Chaplin, sorti en 1928 -

J'avais un peu peur de le voir celui là car je n'aime pas l'univers du cirque. Mais ça va, c'est super bien passé car c'est réalisé avec intelligence. J'ai passé un bon moment, encore une fois. Charlot devient de plus en plus "gentil", peut-être un peu trop finalement. On est à l'inverse de ses premiers gags, c'est marrant. J'espère juste qu'il ne va pas trop en faire dans l'autre sens. Car les extrêmes, d'un côté ou de l'autre, pour moi ça ne fonctionne pas.
Dernière modification par wiiwii007 le 10 juil. 2024 12:37, modifié 1 fois.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Un bon Woody Allen, le midnight in Paris, et il n'y en a pas beaucoup que j'aime bien ^^
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Je viens de mater BAC Nord ...

Image

Sorti en 2021 et réalisé par Cédric Jimenez, Bac Nord est un film policier/thriller politique basé sur des faits réels, ou plutôt inspiré de faits réels, car tout est rendu fictif. Il s'agit de l'affaire de la BAC Nord de Marseille qui repose sur des soupçons de racket qui serait le fait de membres de la BAC de Marseille nord.

Nous sommes en 2012, Manuel Valls est alors premier ministre de la France et David Pujadas présente le journal de 20 heures sur France 2. Nous suivons trois agents de la BAC Nord à Marseille, qui sont très potes dans la vraie vie, Greg (Gilles Lellouche), Antoine (François Civil) et Yass (Karim Leklou). Le taux de criminalité atteint des records et pour y remédier, on va leur demander de faire du chiffre, mais eux ils veulent bien faire leur boulot. Eux ils veulent faire un gros coup et ont donc pour projet de faire une descente dans les quartiers Nord de Marseille. Ce qu'ils veulent, c'est d'arrêter un gros dealer et faire une saisie de drogue conséquente. Or, ce quartier Nord de Marseille c'est une zone de non droit et ils devront intervenir en masse et comme on pouvait s'en douter, tout ne se passera pas comme prévu ...

Niveau acting, direction d'acteurs et mise en scène, c'est à la hauteur des plus grands polars français de ces 20 dernières années. Cédric Jimenez possède une vraie patte de réalisateur et il sait diriger ses acteurs. C'est nerveux et tendu, avec une caméra à l'épaule qui nous plonge dans l'action et avec des acteurs toujours à la limite du surjeu, pour notre plus grand plaisir.

Sur le fond aussi c'est très bien fichu, mais c'est un peu trop "rentre dedans" à mon goût. Le film a suscité de vives polémiques à sa sortie, justement à cause de son propos et je peux comprendre pourquoi. Sur son propos et sur sa représentation de la banlieue, Cédric Jimenez n'évite pas quelques maladresses, qui a d'ailleurs abouti à de la récupération politique du côté de l'extrême droite.

Et puis, tous les personnages ne bénéficient pas de la même profondeur de traitement. Le mieux traité des trois, c'est Yass. On comprend très vite la psychologie du personnage et sa situation familiale est clairement établi. C'est celui qui est le moins tête brûlée des trois, il a une femme et vient d'avoir un enfant. Il a toutes les raisons de se montrer prudent et raisonnable, il a des choses à perdre dans cette histoire. On en sait nettement moins sur Greg et Antoine et c'est peu frustrant. Pour Greg on reste très en surface, on ne sait quasiment rien sur lui. Quant à Antoine, il protège une (jolie) indic, mais on peut se poser des questions sur la nature (et la moralité) de leur relation. Il lui procure de la drogue, mais est-ce pour son bien ?

La représentation de la banlieue et des cités est elle aussi un peu superficielle, ça manque de mise en contexte. Elle est représentée comme une zone de non droit, sans explications sur le pourquoi du comment on en est arrivé là. Et puis on ne voit jamais ceux qui subissent cette situation dans les cités, ils sont rendus invisibles et ça c'est dommage. Alors je sais bien que ce n'est pas le sujet du film, mais tout de même ... y'a un manque de ce côté là.

Mais rien que pour la proposition cinématographique, pour la mise en scène et pour la performance des acteurs, il faut voir BAC Nord. C'est un polar intense et nerveux qui devrait plaire aux amateurs du genre. Alors certes, on peut lui reprocher certaines choses sur le fond (une certaine représentation des cités et un propos qui incite la récupération politique), mais sur la forme c'est un sans faute absolu.

Avatar de l’utilisateur
Shovel Knight
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2396
Inscription : 05 déc. 2020 20:40

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Shovel Knight »

lessthantod a écrit :
09 juil. 2024 15:02
Alors certes, on peut lui reprocher certaines choses sur le fond (une certaine représentation des cités et un propos qui incite la récupération politique)
A l'époque je m'étais refusé à le voir justement parce il était sorti pile poil en pleine campagne d'élection présidentielle et récupéré avec bonheur par Zemmour et consorts au top de leur forme médiatique.

Mais je finirais par le voir, je veux bien croire que ce n'est pas un mauvais film sur la forme :) Mais pour l'instant je suis toujours un fâché avec :mrgreen:
Tu veux un coup d'pelle ?

Avatar de l’utilisateur
BeyondOasis
Expendable
Messages : 12974
Inscription : 03 nov. 2020 09:48
Localisation : 93

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par BeyondOasis »

Shovel Knight a écrit :
09 juil. 2024 15:07
lessthantod a écrit :
09 juil. 2024 15:02
Alors certes, on peut lui reprocher certaines choses sur le fond (une certaine représentation des cités et un propos qui incite la récupération politique)
A l'époque je m'étais refusé à le voir justement parce il était sorti pile poil en pleine campagne d'élection présidentielle et récupéré avec bonheur par Zemmour et consorts au top de leur forme médiatique.

Mais je finirais par le voir, je veux bien croire que ce n'est pas un mauvais film sur la forme :) Mais pour l'instant je suis toujours un fâché avec :mrgreen:
Ttout pareil

mais dedans il y a Karim Leklou, avec qui j'étais en classe au collège, donc je pense que je finirai par regarder aussi

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

BeyondOasis a écrit :
09 juil. 2024 15:27
Shovel Knight a écrit :
09 juil. 2024 15:07
lessthantod a écrit :
09 juil. 2024 15:02
Alors certes, on peut lui reprocher certaines choses sur le fond (une certaine représentation des cités et un propos qui incite la récupération politique)
A l'époque je m'étais refusé à le voir justement parce il était sorti pile poil en pleine campagne d'élection présidentielle et récupéré avec bonheur par Zemmour et consorts au top de leur forme médiatique.

Mais je finirais par le voir, je veux bien croire que ce n'est pas un mauvais film sur la forme :) Mais pour l'instant je suis toujours un fâché avec :mrgreen:
Ttout pareil

mais dedans il y a Karim Leklou, avec qui j'étais en classe au collège, donc je pense que je finirai par regarder aussi
C'est une belle ordure dans le film.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Sinon c'est une très bonne proposition cinématographique Bac Nord, et un film plutôt engagé, loin de l'image qu'on a voulu lui donner à sa sortie.
Mon avis ici : viewtopic.php?p=85492#p85492
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Image

The ultimate warrior / New York ne répond plus

Dans le futur, en 2012, un cataclysme inconnu a plongé le monde dans une chaleur accablante où les rares survivants se sont regroupés en petites communautés. La ville de New York n'est plus qu'une métropole fantôme. Les rares survivants vivent en bandes organisées dans des quartiers isolés et fortifiés et tentent désespérément de trouver de la nourriture. La communauté du Baron (Max von Sydow) est harcelée par la meute du redoutable Rouquin (William Smith). Devant la menace, sans cesse grandissante, le Baron décide de faire appel à un étranger, Carson (Yul Brynner), un mercenaire impitoyable armé d'un couteau. L'affrontement entre l'homme de main et le Rouquin devient peu à peu inévitable.


Image

Film de Robert Clouse, sur une idée de Bruce Lee !
Aux premiers abords The Ultimate Warrior peut paraître un peu kitsch sous ses allures de série B fauchée, mais il s'avère être un pionnier du film post apo. Et comme pour Opération Dragon du même réalisateur (https://www.gamers-things.com/cin%C3%A9 ... ragon.html), j'ai été très agréablement surpris de découvrir des idées géniales de mise en scène et de situations, qui en ont influencé plus d'un. Je pensais que les auteurs d'Hokuto no Ken (Ken le survivant chez nous) avaient seulement pompé sans vergogne le chef d'oeuvre de George Miller, Mad Max 2, mais en fait le film de Clouse a été leur principale "inspiration". Et ce ne sont pas les seuls, Carpenter et son Escape from New York, également, ou encore Walking dead, dans les trucs plus récents.

Sinon ce n'est pas un chef d'oeuvre, le scénario est surtout prétexte à un enchainement de castagnes, malgré la description intéressante de la communauté du Baron. Max Von Sydow étant d'ailleurs impressionnant de charisme et de justesse dans le rôle. Quant à Brynner, il est en bonne forme physique, mais monolithique comme jamais. Les enjeux dramatiques sont traités à la va-vite, on peut tout de même y trouver une critique de l'espèce humaine et une vision très pessimiste de notre civilisation, mais tout cela est amené sans aucune subtilité, ni profondeur.
La reconstitution du NY futuriste au bord du chaos de 2012 (avec ses deux tours), est plutôt réussie alors que le budget était famélique, on y croit.

En bref, un film qui se regarde avec plaisir, à voir pour ses qualités de précurseur et d'influenceur, plus que pour ses qualités scénaristiques.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Image

Un homme est surpris alors qu’il entre par effraction dans sa propre bijouterie en pleine nuit. Lors de l'interrogatoire, il avoue que sa femme est retenue en otage chez eux. L'homme qui la retient exige des diamants déposés dans le coffre-fort de la boutique en échange de la vie de l’épouse. Après que le rançonneur a tué la domestique de la famille, l’agent du FBI Warren Stantin remet les diamants, mais le rançonneur tue quand même la femme du bijoutier avant de s’échapper.

Ressassant son échec, l'agent Stantin est obsédé par l’idée de retrouver le fugitif. Il le traque ainsi dans les forêts accidentées de l’État de Washington. Le tueur s’est joint à un groupe de sportifs qui partent en randonnée dans les étendues sauvages pour une partie de pêche. Son plan est de tuer les randonneurs et de forcer leur guide, Sarah, à le conduire à travers la nature jusqu’à la frontière canadienne.

Stantin doit faire équipe avec le petit ami de Sarah, Jonathan Knox, un montagnard chevronné, pour poursuivre le tueur. Knox pense qu’un citadin comme Stantin ne pourra pas tenir la distance dans ce périple sur un terrain escarpé, qui oblige parfois à de l’escalade. Mais Stantin est très déterminé.


Image

Randonnée pour un tueur, de Roger Spottiswoode

Prototype même du buddy movie des 90s : un flic noir en costard, habitué aux mondanités de la grande ville, devant faire équipe avec un alpiniste blanc bourru et peu loquace. Ils vont se détester, essayer de se débarrasser l'un de l'autre, se vanner, puis apprendre à se connaitre, se sauver la vie, et finir par s'apprécier. On ne peut pas faire plus stéréotypé au niveau des mécaniques du genre. Mais le principal intérêt du film est évidemment son décor. Forêts, lacs, rochers, canyon, glacier, on a droit à une parfaite visite guidée de la Chaine des Cascades, qui s'étend sur la cote ouest américaine de la Californie au Canada.
Le réalisateur est un habitué des comédies d'action (Turner & Hooch, Air America, Arrête ou ma mère va tirer...), également tâcheron sur un James Bond (Demain ne meurt jamais) et scénariste de 48h, fleuron du buddy movie, avec Eddy Murphy. Autant dire que c'est un faiseur efficace, et ça ne se dément pas sur ce film. Il insuffle une bonne dose d'aventure à son histoire, il distille la tension via son décor et sa barrière naturelle, mais aussi le suspense avec un habile jeu sur l'identité du tueur dissimulé dans un groupe de randonneurs. C'est bien filmé, bien rythmé, la beauté des images et le réalisme des scènes d'action apporte une bonne dose d'intérêt à un schémas classique. Le charisme des acteurs se charge de faire le reste, pour proposer un bon film d'action qui ne révolutionne pas le genre mais se place aux côtés d'oeuvres en haute altitude comme La sanction ou Cliffangher.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Image

En 2007, à Los Angeles, un avocat d'affaires, Harry Wyckoff, coule des jours tranquilles avec sa femme Grace et leurs deux enfants. Mais il fait d'étranges rêves, comprenant un rhinocéros et un tatouage en forme de palmier.

Un jour, une amie, Paige Katz, lui demande de retrouver son fils qui a disparu depuis cinq ans. Mais elle travaille pour Wild Palms, une entreprise tentaculaire poursuivie en justice par le cabinet de Wyckoff, et ce dernier perd son travail.

Le patron de Paige, le sénateur Anton Kreutzer, fondateur de la religion synthiotique, qui cherche à développer la réalité virtuelle, lui offre alors un poste à Channel 3.

Mais Harry observe d'étranges incidents autour de lui, qui se multiplient dans l'indifférence générale…


Image

Wild Palms, créée par Oliver Stone et Bruce Wagner

C'est une mini série dont les bandes annonces de Canal+ m'avaient tellement donné envie au début des années 90, mais que je n'avais jamais eu l'occasion de visionner. C'est maintenant rattrapé.
Alors déjà c'est très difficile à catégoriser, on a du drame familial, de la SF, du suspense, une ambiance un peu loufoque, onirique et métaphysique, qui n'est pas sans rappeler Twin Peaks, en plus futuriste quand même. D'ailleurs l'aspect avant-gardiste de ce dernier élément est surprenant. Il est en effet remarquable de voir avec quelle justesse sont traitées les thématiques de la réalité virtuelle, de la puissance et des dangers de l'image, le cyber espace, la main mise de puissantes corporation sur les médias et les nouvelles technologies, les sectes, la manipulation de masse, etc...

Tout ceci donne un feuilleton déconcertant, mais fascinant pour peu qu'on y adhère. le casting est parfait, avec quelques solides noms que vous pourrez lire sur l'affiche. La musique de Ryuchi Sakamoto est enivrante.
On n'arrive pas au degrés de perfection du chef d'oeuvre de Lynch mais on a quand même droit à une mini série originale, bien écrite, un peu bancale, mais attachante, qui baigne dans l'ombre de Philip K Dick, pour sa dimension conspirationniste et paranoïaque, et ses loosers de personnages.
Une autre facette, déroutante, mais intéressante à découvrir, de l'œuvre d'Oliver Stone, à découvrir.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Je connais aucun de tes films ^^ Du coup j'ai pas lu tes avis… Mais Oliver Stone fait parti des réalisateurs qui sont sur ma liste à voir donc j'y viendrais.

--------------------------------


Image
- "Ant-Man and the Wasp", réalisé par Peyton Reed, sorti en 2018 -

J'étais pas hyper bien luné car l'ado m'avait un peu cassé les noix donc j'ai moyennement apprécié. Pourtant j'aime bien le concept, mais je sais pas, l'ambiance à la maison + les blagues à deux balles dans le film, ça m'a calmé ^^ J'ai pas super accroché.


Image
- "Idiocracy", réalisé par Mike Judge, sorti en 2006 -

J'ai suivi les conseils de @Kannagi en tentant ce "Idiocracy". C'était bien sympa ^^ J'ai beaucoup aimé l'idée de départ, en revanche l'exécution, un peu moins. Je pense qu'un film plus sérieux aurait été plus adapté, le message passerait bien mieux. Mais bon c'est un choix de leur part et un point de vu différent de mon côté. Donc sympa, j'ai rigolé quelques fois ^^

500 ans plus tard, c'est encore possible d'y arriver. Encore un petit effort, on est presque bon ! ::d
Dernière modification par wiiwii007 le 17 juil. 2024 15:13, modifié 1 fois.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

wiiwii007 a écrit :
10 juil. 2024 12:37
Je connais aucun de tes films ^^ Du coup j'ai pas lu tes avis… Mais Oliver Stone fait parti des réalisateurs qui sont sur ma liste à voir donc j'y viendrais.
Oliver Stone, c'est une filmo de dingo. Il ne faut pas oublier d'inclure les films quil a "seulement" scénarisé, ils font partie intégrante de l'oeuvre.

Sinon pour les autres films, vu qu'il y a peu de chances que tu en viennes à les visionner naturellement, tu devrais lire quand même, ca pourrait te donner envie de les ajouter dans ta liste... ou pas.

D'ailleurs j'ai vu quelques ovnis cinématographiques ces derniers temps, dont je dois parler ici, ça sort vraiment des sentiers traditionnels. Si je n'avais pas lu des trucs dessus, je ne les aurai probablement pas découvert. Et c'eut été dommage.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
Esperluette
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3214
Inscription : 05 déc. 2020 08:55
Localisation : Hérault

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Esperluette »

J'ai vu En attendant la nuit film français entre le drame et le fantastique où Philémon, jeune homme de 17 ans atteint de vampirisme depuis sa naissance, vit avec ses parents qui n'hésitent pas à voler des poches de sang ou à déménager fréquemment pour le protéger. Seulement Philémon aimerait avoir une vie normale avec des amis et même une copine (le film est un peu teen movie aussi). Seulement la Faim vampirique et le rejet par la communauté où ils se sont installés vont faire basculer les choses...
On peut faire le parallèle avec le handicap ou autre différence pouvant provoquer le rejet, pour ça le film est plutôt réussi mais il souffre d'un rythme assez lent (1h45 quand même) et surtout d'un manque de moyens (ça fait film amateur...).

Je suis allé le voir car j'avais bien aimé Morse (2090), un film fantastique suédois avec un vampire coincé dans le corps d'un enfant d'une dizaine d'années mais c'est tout de même beaucoup moins réussi.

Avatar de l’utilisateur
Kannagi
Conquérant de la lumière
Messages : 1144
Inscription : 10 déc. 2020 18:09

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Kannagi »

wiiwii007 a écrit :
10 juil. 2024 12:37
J'ai suivi les conseils de @Kannagi en tentant ce "Idiocracy". C'était bien sympa ^^ J'ai beaucoup aimé l'idée de départ, en revanche l'exécution, un peu moins. Je pense qu'un film plus sérieux aurait été plus adapté, le message passerait bien mieux. Mais bon c'est un choix de leur part et un point de vu différent de mon côté. Donc sympa, j'ai rigolé quelques fois ^^

500 ans plus tard, c'est encore possible d'y arriver. Encore un petit effort, on est presque bon ! ::d
Assez d'accord , le film est sympa, le concept intéressant, l’exécution laisse à désirer sur certain point.

500 ans t'es optimiste avec un peu de chance on va y arriver avant , j'ai l'impression que nos chers p litiicien font du zèle pour y arriver avant :mrgreen:

Tryphon
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2813
Inscription : 18 nov. 2020 16:45

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Tryphon »

On y est. C'est clairement évident depuis le COVID. Il n'y a jamais eu autant de gens scolarisés aussi longtemps, il n'y a jamais eu autant d'accès à la connaissance, et les gens sont de plus en plus cons. Clairement, on est en plein dedans. Mais je suis pas sûr que ça ait à voir avec une sorte de darwinisme social comme évoqué dans le film.
Marmotte, le 14/8/22 : "merde, je suis un gros connard 😋"

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Je suis allé voir Le Comte de Monte-Cristo ...

Image

Le Comte de Monte-Cristo est le troisième volet du "Dumasverse", après l'adaptation en deux volets des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas. Pour l'occasion, le duo Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte passent cette fois-ci derrière la caméra, puisque c'est eux qui avaient écrit le scénario des Trois Mousquetaires. Alors je vous préviens tout de suite, je n'ai pas lu le roman, ni aucun autre roman d'Alexandre Dumas d'ailleurs ... Les Trois Mousquetaires et La Reine Margot, c'est de lui aussi. Je ne vais donc pas me risquer à faire des comparaisons entre le film et le roman dont il est adapté.

Au début du film, nous sommes en 1815, sous le régime du roi Louis XVIII. Nous découvrons Edmond Dantès (Pierre Niney) en pleine mer, faisant parti d'un équipage sur un bateau pris au piège en pleine tempête. C'est alors qu'Edmond sauve des flots une jeune femme qui s'avère être une Bonapartiste. Et pour cela, il a désobéi au capitaine du navire Danglar (Patrick Mille) qui ne voulait pas dévier de sa trajectoire et qui va vouloir se venger. Cet événement va lui procurer beaucoup de problèmes, puisqu'il va être arrêté au milieu de son mariage avec Mercédès (Anaïs Demoustier) sous l'ordre du procureur Gérard de Villefort (Laurent Lafitte) qui l'accuse de Bonapartisme. C'est Danglar qui l'a dénoncé, avec le soutient du cousin de Mercedes Fernand de Morcef (Bastien Bouillon) qui est amoureuse d'elle en secret et qui donc ne voit pas d'un bon œil son union avec Emond. C'est donc une histoire de complot et de conspiration fomenté par une minorité active, qui va aboutir à l'emprisonnement d'Edmond sur l'île du château d’If. Il y restera quatorze longues années dans la tristement célèbre forteresse de l'île ...
► Afficher le texte
Le Comte de Monte-Cristo c'est l'histoire d'un amour impossible entre Edmond et Mercédès, un amour qu'il essaiera de récupérer au milieu de sa vengeance. Cette vengeance justement va s'élargir et impliquer les enfants des protagonistes principaux. On voit alors la montée en puissance de notre Dark Vador qui va peu à peu tomber du côté obscur. Quand je dis peu à peu, en fait je devrais dire assez soudainement, trop soudainement à mon goût. Le film ne montre pas assez son passage vers le côté obscur, un peu le même défaut qu'on retrouve dans Star Wars III - La Revanche des Sith avec le personnage d'Anakin Skywalker.

Le film est un gros blockbuster à la française, avec un casting prestigieux, des décors et des costumes splendides, une mise en scène qui veux nous en mettre plein les yeux (un peu trop peut-être) et une BO grandiose mais alors trop, mais beaucoup trop omniprésente. La musique appuie toutes les émotions et la mise en scène est beaucoup trop démonstrative. Tout ça, ça sent quand même la grosse production française bien calibrée et bien millimétrée comme il faut. Il lui manque une vision d'auteur, ça manque de souffle et on voit tout venir à l'avance. Tout y passe, les histoires d'amour contrariées, le jeu des masques, les complots et autres manigances, les duels à l'épée et au pistolet, les retournements de situation à la pelle ...

Par contr côté casting, c'est un sans faute absolu. Pierre Niney porte littéralement le film sur ses épaules et confirme une fois de plus que c'est l'acteur le plus prometteur de sa génération. D'ailleurs, on ne peut plus parler de promesse le concernant, mais de confirmation. Laurent Laffite est excellent comme à son habitude lorsqu'il joue les types détestables (Au revoir là-haut et Elle), il est délicieusement détestable et on aime le détester. Anaïs Demoustuer qui a déjà joué avec Pierre Niney (Sauver ou périr), est une nouvelle fois parfaite. Et concernant tous les acteurs de seconds rôles, ils sont tous parfaits

Au final, Le Comte de Monte-Cristo c'est un très bon film de divertissement avec un très très bon casting, mais il ne faut pas lui en demander plus. C'est un film fait par des "bons faiseurs". Ne vous attendez pas à un film d'auteur, car c'est calibré très grand public. C'est du grand spectacle pour toute la famille, on ne s'ennuie pas une seule seconde durant les presque trois heures du film, la direction artitique et les acteurs sont impeccables, mais mon âme de cinéphile en attendait peut-être un peu plus que ça.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Il a l'air tellement conventionnel ce monte christo, il ne me branche pas le moins du monde.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
Morkalavin
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2278
Inscription : 20 août 2022 14:58
Localisation : 95 - Val d'oise

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Morkalavin »

Gringos10 a écrit :
13 juil. 2024 14:40
Il a l'air tellement conventionnel ce monte christo, il ne me branche pas le moins du monde.
je regarderais par curiosité mais la version mini série avec gégé me reste en tête
Mes Ventes viewtopic.php?t=2621

Ma Collection Pc Big Box /Atari ST / Amiga viewtopic.php?t=1622

Mes Recherches viewtopic.php?p=77932#p77932

Tryphon
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2813
Inscription : 18 nov. 2020 16:45

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Tryphon »

Moi aussi. Je me suis jamais autant marré devant mon écran qu'en voyant Gégé, 150 kg au bas mot, sortir de l'eau alors qu'il joue un gars qui a vécu des années de tortures et de privations :langue3:
Marmotte, le 14/8/22 : "merde, je suis un gros connard 😋"

Avatar de l’utilisateur
Esperluette
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3214
Inscription : 05 déc. 2020 08:55
Localisation : Hérault

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Esperluette »

Je suis allé voir The Bikerdiers j'ai trouvé ça super ! L'histoire reste classique et manque peut être un peu d'ampleur dramatique (peut être limitée par le livre d'origine ?), mais j'ai bien aimé le parallèle avec l'histoire de l'Amérique elle même. J'ai passé un très bon moment.
Lol la gueule de Norma Reedus avec ses dents pourries ^^

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Esperluette a écrit :
14 juil. 2024 21:24
Je suis allé voir The Bikerdiers j'ai trouvé ça super ! L'histoire reste classique et manque peut être un peu d'ampleur dramatique (peut être limitée par le livre d'origine ?), mais j'ai bien aimé le parallèle avec l'histoire de l'Amérique elle même. J'ai passé un très bon moment.
Lol la gueule de Norma Reedus avec ses dents pourries ^^
Il est génial ce film, l'un de mes coup de cœur ciné 2024 ...
► Afficher le texte

Avatar de l’utilisateur
Shovel Knight
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2396
Inscription : 05 déc. 2020 20:40

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Shovel Knight »

Esperluette a écrit :
14 juil. 2024 21:24
Lol la gueule de Norma Reedus avec ses dents pourries ^^
Haha oui, et y'a Michael Shannon aussi qui a une belle dégaine de crasseux ^^
Tu veux un coup d'pelle ?

Avatar de l’utilisateur
Esperluette
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3214
Inscription : 05 déc. 2020 08:55
Localisation : Hérault

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Esperluette »

lessthantod a écrit :
15 juil. 2024 11:36
Esperluette a écrit :
14 juil. 2024 21:24
Je suis allé voir The Bikerdiers j'ai trouvé ça super ! L'histoire reste classique et manque peut être un peu d'ampleur dramatique (peut être limitée par le livre d'origine ?), mais j'ai bien aimé le parallèle avec l'histoire de l'Amérique elle même. J'ai passé un très bon moment.
Lol la gueule de Norma Reedus avec ses dents pourries ^^
Il est génial ce film, l'un de mes coup de cœur ciné 2024 ...
► Afficher le texte
Je l'ai vu en VOST et j'ai été surpris par la voix de Tom Hardy qui a une voix nasale et un peu haut perchée, pas du tout la sienne quand on l'entend en interview par exemple.

Avatar de l’utilisateur
Shovel Knight
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2396
Inscription : 05 déc. 2020 20:40

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Shovel Knight »

Ah oui à voir impérativement en VO comme dit lessthantod, que des accents à pas piquer des hannetons
Tu veux un coup d'pelle ?

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Image
- "The Killer", réalisé par David Fincher, sorti en 2023 -

Sympa le petit dernier de Fincher. On suit le quotidien d'un tueur à gages jusqu'à ce qu'un événement bouscule sa vie très réglée. Dans l'ensemble, l'intrigue est vraiment cool à suivre même si il ne se passe pas grand chose. Le rythme est assez lent mais 1 ou 2 scènes relancent bien le film. Non c'était bien, pas fulgurant, mais propre quoi.
Dernière modification par wiiwii007 le 20 juil. 2024 15:35, modifié 1 fois.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Je pense que c'est le plus pourri des Fincher, c'est d'ailleurs la première fois, que tu peux regarder un de ses films sans savoir que c'est de lui, si on ne te l'a pas dit.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

"Le plus pourri" c'est quand même vachement violent vu la qualité de sa filmographie, et même de ce film. J'aurais plutôt tendance à dire que c'est le moins bon, et je te rejoins sur ça je pense.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

wiiwii007 a écrit :
17 juil. 2024 15:34
"Le plus pourri" c'est quand même vachement violent vu la qualité de sa filmographie
Justement, c'est parce que le reste c'est quasiment que du top niveau.
Le Killer c'est du pure netflix fainéant, n'importe quel quidam aurait fait pareil.
Je ne lui trouve aucune profondeur, que ce soit dans le fond comme dans la forme.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Je viens de mater La Reine des Neiges ...

Image

Sorti en toute fin de l'année 2013, pour profiter des fêtes de fin d'année, La Reine des Neige fut un véritable carton pour la firme aux grandes oreilles. C'est à la fois le renouveau et un retour aux sources pour Disney, avec une histoire de princesse, mais une princesse pas comme les autres. L'empire Disney a su garder la maîtrise de ses productions habituelles, tout en réussissant à se diversifier sur le fond et sur la forme, ce qui lui valut l'Oscar pour le meilleur film d'animation. On est loin du scénario nunuche habituel et mille fois ressassé. Au contraire, La Reine des Neiges apporte un vent de fraîcheur et un ton plus mature. Bien sûr, on restera dans l'esprit enfantin made in Disney, pour plaire aux petits comme aux plus grands, avec des gags à gogo (le bonhomme de neige Olaf est vraiment très drôle) et des chansons à tout bout de champs qui vous restent dans la tête, avec l'incontournable "Let It Go" (ou "Libérée, Délivrée" en VF).

Nous découvrons Elsa, une princesse qui est sur le point d'être couronnée. Elle est isolée de sa plus jeune sœur Anna, car elle a un pouvoir qui peut être très dangereux et qui est difficile à contrôler, puisqu'elle est capable de geler tout ce qu'elle touche. C'est pourquoi elle porte des gants en permanence et a peu d'interactions avec d'autre humains, y compris ceux de sa propre famille. Suite à son couronnement, elle va voir sa sœur s'éprendre pour un jeune prince et vouloir l'épouser sur le champs, chose qu'elle ne voit pas d'un bon œil. Ce prince charmant nommé Hans lui semble suspicieux et elle refuse de donner sa bénédiction à leur union. S'en suit une dispute entre les deux sœurs, Elsa perd son l'un de ses gangs et gèle tout le royaume.

Elle va alors être chassée de son propre Royaume, tel une sorcière, et va construire son propre palais de glace loin de tous les autres humains. Mais voilà, sa sœur Anna ne l'entend pas de cette oreille et va partir à la recherche d'Elsa accompagnée du fort, beau et valeureux Kristoff, ainsi que de son reine et d'un bonhomme de neige nommé Olaf. Et puis bien sûr, il y a la chanson "Libérée, Délivrée" et tout le matraquage médiatique qui en suivit et qui en a soûler plus d'un, moi y compris. C'est dommage, parce que le film vaut mieux que ça. Il est à la fois très original sur certains aspects, mais aussi très stéréotypé sur d'autres.

Tous les personnages sont attachants, même si Anna peut paraître un peu plus stéréotypée que les autres. C'est la princesse un peu naïve et aventurière à ses heures perdues, qu'on a déjà vu milles fois dans des Disney précédents (cliché habituel des longs-métrages de la firme aux deux grandes oreilles). Mais on retrouve dans le personnage d'Elsa une vraie ambivalence, elle n'est ni vraiment gentille, ni vraiment méchante. Ce n'est pas le portrait habituel et édulcoré de la gentille princesse made in Disney. Au contraire, c'est un personnage assez tragique, traitée comme une pestiférée. Du coup, l'amour entre les deux sœurs, que tout oppose, est très touchant.

Concernant le prince charmant nommé Hans, il cache bien son jeu ici. Avec son aire de gendre idéal, on sent bien qu'il y a quelque chose de louche derrière tout ça. Quant à Kristoff, accompagné de son fidèle compagnon Sven, c'est un personnage intéressant, mais dont le potentiel est sous-exploité, je trouve. Le bonhomme de neige Olaf est un personnage très drôle, il représente l'innocence d'Elsa qui est celle qui l'a créé. C'est un petit enfant naïf, innocent, gentil et joyeux, qui se démonte et se remonte d'une manière délirante dans le plus pur style Tex Avery. Enfin, nous avons le renne Sven qui est vraiment adorable et qui forme un joli duo comique (et attendrissant) avec Olaf le bonhomme de neige.

Avec La Reine des Neiges, on est loin du compte classique en mode "un prince charmant épouse une belle princesse ... ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfant". C'est un compte beaucoup plus sombre, même si on évitera pas le happy-end habituel des productions Disney. En effet, Elsa est un personnage tragique qui répand la mort autour d'elle, sans le vouloir, en transformant le royaume en zone polaire. Mais son pouvoir n'est pas que négatif, puisqu'il lui permet de créer Olaf qui est un personnage positif. Il symbolise l'amour qu'elle porte toujours à sa sœur. Et même si certaines chansons du film sont assez anecdotiques et par ailleurs trop (omni)présentes, d'autres entrent parfaitement en cohésion avec l'histoire et apportent un vrai souffle épique au film. Et il faut le reconnaître, l'entreprise Disney a un véritable savoir-faire pour les comédies musicales.

Bref, La Reine des Neiges est un véritable vent de fraicheur dans l'univers Disney. Après l'excellent Raiponce, dont il reprend d'ailleurs les bases déjà très solides, c'est une belle réussite qui renoue encore davantage avec la féerie des grands classiques de la firme aux deux grandes oreilles. C'est beau, très drôle, touchant et avec de belles chansons ... mais malheureusement trop présentes et trop niaises à mon goût (seul petit bémol que je trouve au film).

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Gringos10 a écrit :
17 juil. 2024 15:36
wiiwii007 a écrit :
17 juil. 2024 15:34
"Le plus pourri" c'est quand même vachement violent vu la qualité de sa filmographie
Justement, c'est parce que le reste c'est quasiment que du top niveau.
Le Killer c'est du pure netflix fainéant, n'importe quel quidam aurait fait pareil.
Je ne lui trouve aucune profondeur, que ce soit dans le fond comme dans la forme.
Qu'il n'y ait aucune véritable patte dans son dernier je veux bien, là n'était pas mon propos. C'est juste ton "le plus pourris", ça insinue qu'il y a d'autres films pourris dans sa filmo, et j'ai beau chercher, je n'en vois pas ::d

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

lessthantod a écrit :
17 juil. 2024 16:53
Je viens de mater La Reine des Neiges ...

Image

Sorti en toute fin de l'année 2013, pour profiter des fêtes de fin d'année, La Reine des Neige fut un véritable carton pour la firme aux grandes oreilles. C'est à la fois le renouveau et un retour aux sources pour Disney, avec une histoire de princesse, mais une princesse pas comme les autres. L'empire Disney a su garder la maîtrise de ses productions habituelles, tout en réussissant à se diversifier sur le fond et sur la forme, ce qui lui valut l'Oscar pour le meilleur film d'animation. On est loin du scénario nunuche habituel et mille fois ressassé. Au contraire, La Reine des Neiges apporte un vent de fraîcheur et un ton plus mature. Bien sûr, on restera dans l'esprit enfantin made in Disney, pour plaire aux petits comme aux plus grands, avec des gags à gogo (le bonhomme de neige Olaf est vraiment très drôle) et des chansons à tout bout de champs qui vous restent dans la tête, avec l'incontournable "Let It Go" (ou "Libérée, Délivrée" en VF).

Nous découvrons Elsa, une princesse qui est sur le point d'être couronnée. Elle est isolée de sa plus jeune sœur Anna, car elle a un pouvoir qui peut être très dangereux et qui est difficile à contrôler, puisqu'elle est capable de geler tout ce qu'elle touche. C'est pourquoi elle porte des gants en permanence et a peu d'interactions avec d'autre humains, y compris ceux de sa propre famille. Suite à son couronnement, elle va voir sa sœur s'éprendre pour un jeune prince et vouloir l'épouser sur le champs, chose qu'elle ne voit pas d'un bon œil. Ce prince charmant nommé Hans lui semble suspicieux et elle refuse de donner sa bénédiction à leur union. S'en suit une dispute entre les deux sœurs, Elsa perd son l'un de ses gangs et gèle tout le royaume.

Elle va alors être chassée de son propre Royaume, tel une sorcière, et va construire son propre palais de glace loin de tous les autres humains. Mais voilà, sa sœur Anna ne l'entend pas de cette oreille et va partir à la recherche d'Elsa accompagnée du fort, beau et valeureux Kristoff, ainsi que de son reine et d'un bonhomme de neige nommé Olaf. Et puis bien sûr, il y a la chanson "Libérée, Délivrée" et tout le matraquage médiatique qui en suivit et qui en a soûler plus d'un, moi y compris. C'est dommage, parce que le film vaut mieux que ça. Il est à la fois très original sur certains aspects, mais aussi très stéréotypé sur d'autres.

Tous les personnages sont attachants, même si Anna peut paraître un peu plus stéréotypée que les autres. C'est la princesse un peu naïve et aventurière à ses heures perdues, qu'on a déjà vu milles fois dans des Disney précédents (cliché habituel des longs-métrages de la firme aux deux grandes oreilles). Mais on retrouve dans le personnage d'Elsa une vraie ambivalence, elle n'est ni vraiment gentille, ni vraiment méchante. Ce n'est pas le portrait habituel et édulcoré de la gentille princesse made in Disney. Au contraire, c'est un personnage assez tragique, traitée comme une pestiférée. Du coup, l'amour entre les deux sœurs, que tout oppose, est très touchant.

Concernant le prince charmant nommé Hans, il cache bien son jeu ici. Avec son aire de gendre idéal, on sent bien qu'il y a quelque chose de louche derrière tout ça. Quant à Kristoff, accompagné de son fidèle compagnon Sven, c'est un personnage intéressant, mais dont le potentiel est sous-exploité, je trouve. Le bonhomme de neige Olaf est un personnage très drôle, il représente l'innocence d'Elsa qui est celle qui l'a créé. C'est un petit enfant naïf, innocent, gentil et joyeux, qui se démonte et se remonte d'une manière délirante dans le plus pur style Tex Avery. Enfin, nous avons le renne Sven qui est vraiment adorable et qui forme un joli duo comique (et attendrissant) avec Olaf le bonhomme de neige.

Avec La Reine des Neiges, on est loin du compte classique en mode "un prince charmant épouse une belle princesse ... ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfant". C'est un compte beaucoup plus sombre, même si on évitera pas le happy-end habituel des productions Disney. En effet, Elsa est un personnage tragique qui répand la mort autour d'elle, sans le vouloir, en transformant le royaume en zone polaire. Mais son pouvoir n'est pas que négatif, puisqu'il lui permet de créer Olaf qui est un personnage positif. Il symbolise l'amour qu'elle porte toujours à sa sœur. Et même si certaines chansons du film sont assez anecdotiques et par ailleurs trop (omni)présentes, d'autres entrent parfaitement en cohésion avec l'histoire et apportent un vrai souffle épique au film. Et il faut le reconnaître, l'entreprise Disney a un véritable savoir-faire pour les comédies musicales.

Bref, La Reine des Neiges est un véritable vent de fraicheur dans l'univers Disney. Après l'excellent Raiponce, dont il reprend d'ailleurs les bases déjà très solides, c'est une belle réussite qui renoue encore davantage avec la féerie des grands classiques de la firme aux deux grandes oreilles. C'est beau, très drôle, touchant et avec de belles chansons ... mais malheureusement trop présentes et trop niaises à mon goût (seul petit bémol que je trouve au film).
Celui là, j'ai eu énormément de mal à cause des ziks'... Cette recette Disney de l'enfer j'en pouvais plus, j'ai pas réussi à m'y faire, et ça m'a fait détester le DA. En VO c'est un poil mieux, mais ça reste impossible à écouter pour moi. Elle m'insupporte la gonzesse.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Antarka
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2361
Inscription : 22 juin 2023 09:01

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Antarka »

J'ai pas accroché non plus. Puis de toutes les oeuvres dont sont tirés les DA Disney, le conte d'Andersen est celui que je connais le mieux, et c'est celui dont le massacre me dérange le plus.
#jesuiswoke

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

wiiwii007 a écrit :
17 juil. 2024 19:34
Gringos10 a écrit :
17 juil. 2024 15:36
wiiwii007 a écrit :
17 juil. 2024 15:34
"Le plus pourri" c'est quand même vachement violent vu la qualité de sa filmographie
Justement, c'est parce que le reste c'est quasiment que du top niveau.
Le Killer c'est du pure netflix fainéant, n'importe quel quidam aurait fait pareil.
Je ne lui trouve aucune profondeur, que ce soit dans le fond comme dans la forme.
Qu'il n'y ait aucune véritable patte dans son dernier je veux bien, là n'était pas mon propos. C'est juste ton "le plus pourris", ça insinue qu'il y a d'autres films pourris dans sa filmo, et j'ai beau chercher, je n'en vois pas ::d
Quand je dis "le plus pourri" ça veut dire "le moins bon", il y en a 2 autres que je n'ai pas trop aimé (Social network et Mank) , le reste c'est la grande classe. J'adore Fincher, alors ça m'énerve d'autant plus quand je vois une daube comme the killer.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

La reine des neiges, comme Vaiana, je pensais que c'était naze et je ne faisais même pas l'effort de les regarder correctement, mais à force de les voir par bribes car mes gamines les regardaient tous les jours, j'ai fini par les apprécier à leur juste valeur.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Vaiana c'est d'un autre niveau pour moi. Rien à voir entre les deux. Rien qu'au niveau du son...

Avatar de l’utilisateur
dandyboh
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3881
Inscription : 04 mars 2021 16:23
Localisation : Nord-Isère

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par dandyboh »

+1 pour la Reindes Neiges, ta critique est très juste. Si l'on oublie le battage médiatique jusqu'à écœurement, ça reste un très bon Disney, pas si consensuel que ça.
Image
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

wiiwii007 a écrit :
18 juil. 2024 07:21
Vaiana c'est d'un autre niveau pour moi. Rien à voir entre les deux. Rien qu'au niveau du son...
Pas pour moi. Les deux sont au même niveau.
Il y a aussi de très bonnes musiques (et du bon son) dans la reine des neige, en dehors de la chanson principal entonnée par toutes les gamines du monde entier jusqu'à écoeurement.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

dandyboh a écrit :
18 juil. 2024 08:33
+1 pour la Reindes Neiges, ta critique est très juste. Si l'on oublie le battage médiatique jusqu'à écœurement, ça reste un très bon Disney, pas si consensuel que ça.
Tout à fait.
J'ai même été surpris par le traitement de certaines thématiques.
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 25104
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Gringos10 »

Par exemple ce passage je le trouve superbe dans la.composition musicale, la mise en scène, la dramaturgie et l'émotion :

"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
Esperluette
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3214
Inscription : 05 déc. 2020 08:55
Localisation : Hérault

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par Esperluette »

J'ai vu Mars Express et j'avoue que j'ai été déçu par ce film. Au départ ça commence bien, l'intro et bonne et met dans l'ambiance, le style graphique épuré sympa. Malheureusement, plus ça avance plus le rythme devient mou et l'intrigue confuse, avec des histoires secondaires survolées (le passé de Carlos, les relations entre Aline et Chris Roy Jacker etc). Le doublage est peu convaincant notamment celui d'Aline pourtant le perso principal (pour Carlos c'est mieux). Une déception pour moi...

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Gringos10 a écrit :
18 juil. 2024 09:30
Par exemple ce passage je le trouve superbe dans la.composition musicale, la mise en scène, la dramaturgie et l'émotion :

Alors que perso je trouve la mise en scène et la dramaturgie classique dans le genre mais qui fonctionnent, et la composition catastrophique… Elle est on ne peut plus basique et bateau "made in Disney", avec des notes random et non une véritable composition à laquelle on aménagerait le texte. Et ça ça me pèse énormément, je ne peux pas adhérer, je décroche totalement. J'en peux plus de ces chansons toutes faites. Et encore, là au moins ça ne braille pas à tout va :gene:

Du coup je ressens juste l'émotion de la mise en scène.

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Chevalier du Zodiaque
Messages : 2241
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par lessthantod »

Je suis allé voir To the Moon au cinéma ...

Image

Produit par Scarlett Johansson, qui tient également le rôle principal auprès de Channing Tatum, To the Moon est une comédie romantique basée sur des faits historiques, puisqu'il s'agit ici de la mission Apollo 11. C'est donc une comédie romantique et une comédie romantique des plus classiques, où deux amants potentiels se rapprochent l'un de l'autre, bien qu’au début de l’histoire des obstacles apparemment rédhibitoires les éloignent. Le film alterne entre scènes comiques et moments plus émouvants ... et se conclut bien sûr, sur une fin heureuse.

Nous sommes donc dans les années 60 et on va suivre une publicitaire Kelly Jones (Scarlett Johansson) spécialisée dans le marketing. Elle se fait appeler Kelly Jones, mais on va très vite découvrir qu'elle n'est pas vraiment celle qu'elle prétend être. En fait, c'est une arnaqueuse et une bonimenteuse absolue, qui passe d'une identité à une autre pour échapper au gouvernement, à la manière de Leonardo DiCaprio dans Arrête-moi si tu peux. Elle est recrutée par Mo (Woody Harrelson) un homme du président Nixon qui veut promouvoir la mission Apollo 11 auprès des américains. Il faut faire oublier la guerre du Vietnam et redonner un sentiment de fierté aux américains. Pour cela, Kelly est envoyée à la NASA où elle va rencontrer le directeur de la mission Cole Davis (Channing Tatum) dont elle va tomber amoureuse. Mais comédie romantique oblige, un obstacle va se dresser entre les deux potentiels amoureux, voire même plusieurs obstacles, puisqu'elle va marcher sur mes plates-bandes de Cole et risquer d'entraver sa mission.

To the Moon est un film qui n'est pas dénué de certaines qualités, mais qui a aussi pas mal de défauts, à commencer par la prévisibilité de l'ensemble qui est peut-être à mettre au compte du genre auquel il appartient. Mais plus que tout, il y a un problème de casting avec un Channing Tatum visiblement pas du tout à l'aise dans son rôle. Il y a zéro alchimie avec sa partenaire Scarlett Johansson et le coup de foudre dès le premier regard est difficile à croire. Qui plus est, il n'est pas aidé avec sa coupe ridicule, son pull jaune poussin hideux qui laisse entrevoir son Marcel blanc et un fond de teint étalé en pâtée qui cache difficilement son âge. Cette romance où les opposés s'attirent est assez galvaudée et datée, au final.

De plus, l'aspect comique de la comédie romantique ne fonctionne qu'à moitié. Il y a un côté screwball comedy qui ne fonctionne pas vraiment, notamment avec le gag récurent impliquant un chat, un peu comme dans L'Impossible Monsieur Bébé avec le léopard. Par contre, l'apport des deux comédiens Jim Rash et Ray Romano est indéniable. Jim Rash est vraiment très drôle en réalisateur de pub qui se prend pour l’égal d'un Kubrick. Quant à Ray Romano, son personnage est touchant, il est l'un des rares acteurs du film qui joue avec sobriété, sans en faire des tonnes ... et ça, ça fait du bien milieu de ce surjeu général qui englobe le film.

Le scénario qui tourne autour de la théorie du complot est plutôt intéressante et suffisamment bien exploitée, même si ça aurait pu être encore mieux exploitée. Pour résumer, certains prétendaient que l'alunissage aurait été tournée en studio et même que ce serait Stanley Kubrick qui l'aurait réalisé. En parallèle de la romance, on voit donc cette tentative de tourner un faux alunissage dans des studios, au sein même de la NASA. On voit les deux aspects de l'Amérique, celle d'un gouvernement qui ment aux américains pour leur vendre la course à l'espace contre les soviétiques et pour leur faire oublier la guerre au Vietnam et celle qui nous fait rêver en envoyant des américains sur la Lune (aka The American Dream). Alors certes, toute cette réflexion n'est pas très poussée, mais c'est plutôt appréciable et peu commun d'avoir une critique de l'Amérique dans une comédie légère et surtout faite par les américains eux-même.

Bref, To the Moon est un film qui a du mal à jouer sur les deux tableaux, sur la comédie romantique et sur la théorie du complot. Il jongle donc entre un ton léger et un ton plus sérieux, sans totalement nous convaincre. Après, la réalisation est propre avec notamment de jolies séquences en split-screen et Scarlett Johansson est décidément toujours aussi belle. Le film n’est pas désagréable à suivre, la critique de l'Amérique et la théorie du complot ont le mérite d'apporter un peu d'originalité à cette comédie romantique qui, somme toute, est assez stéréotypée, mais le pauvre Channing Tatum est complètement hors-sujet et ça a gâché mon plaisir, je dois le dire !

Avatar de l’utilisateur
wiiwii007
Chevalier du Zodiaque
Messages : 3317
Inscription : 02 août 2021 18:03

Vos dernières séances [films/Animes]

Message par wiiwii007 »

Image
- "Nothing in Common", réalisé par Garry Marshall, sorti en 1986 -

Film en deux parties assez distinctes. La première pose le décors et se focalise sur le perso principal sur un ton humoristique. La seconde change totalement d'ambiance, devient dramatique et met en avant des persos qui paraissaient secondaires de prime abord. J'ai bien aimé cette évolution, le seul souci c'est que j'ai trouvé cette phase "d'introduction" trop longue. Heureusement elle sert la fin et prend son sens à ce moment là. Mais je pense que ça aurait pu être mieux foutu. Du coup ça m'a fait un drôle d'effet : j'ai apprécié, mais pas tant que ça…


Image
- "Ah ! si j'étais riche", réalisé par Michel Munz et Gérard Bitton, sorti en 2002 -

On débute la filmographie de Jean Dujardin. Dans son premier, on le voit très peu, il joue le rôle d'un vendeur de chaussure, la scène dure 5 min à tout péter ^^ Mais bon, le but étant de découvrir des films, c'était tout de même bien sympa. Une comédie avec un pitch de départ qui promet : Dans un couple en plein divorce, le mari gagne au loto. Afin de ne pas partager les gains il tente de rester discret jusqu'à la signature du divorce. Un peu tiré par les cheveux, le scénario laisse tout de même envisager de bonnes scènes comiques. C'est pas trop trop le cas. Il y a quelques passages marrants, mais la plupart du temps on reste sur de la comédie dramatique. J'ai bien aimé car Jean-Pierre Darroussin me plait bien comme acteur, mais alors sa gonzesse dans le film… J'ai beaucoup de mal.

Mais bon, j'ai passé un bon moment. C'était simple et sans prise de tête.


Image
- "Bienvenue chez les Rozes", réalisé par Francis Palluau, sorti en 2003 -

Sympathique celui là. Mise à part l'image que j'ai trouvé dégueulasse, le reste m'a plu. Le fait d'inverser les rôles entre méchants/gentils, c'est cool. Ce qui m'a grandement manqué c'est le piment. J'aurais aimé qu'ils aillent à fond dans le concept et que les scènes soient clairement plus violentes/comiques. C'est resté un peu trop gentil pour moi.

Donc bien sans plus.


► Afficher le texte
Dernière modification par wiiwii007 le 21 juil. 2024 15:12, modifié 1 fois.

Répondre

Revenir à « Ciné dimanche »