Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Pour tout ce qui est dessin animé, manga...
Avatar de l’utilisateur
Myrage
Cosmocat
Messages : 782
Inscription : 15 nov. 2020 18:51

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par Myrage »

@Gringos10

Oui desfois je passe du temps à "éplucher" un peu le catalogue, et j'ajoute dans ma liste comme ça je pioche selon mes envies et ma curiosité du moment. Certains essais sont concluants, pas d'autres (comme castlevania, Wakfu et Baki)

Bon j'ai fini ce matin, c'etait trop bien, bonne histoire : Un dragon attasue un village humain et dans son chaos il prend litteralemenr le coeur d'un des habitants (Ethan) et tue sa famille, fesant ainsi de ce dernier "l'insurgé" qui devra se venger. Chaque episode possède sa phase combat et sa phase trame, ce qui donne un rythme continu à l'ensemble sans longueur. Le final est très bon et cohérent avec le reste.
Un regret : j'aurais aimé en avoir plus.

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Conquérant de la lumière
Messages : 1373
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par lessthantod »

Je viens de mater Ninja Scroll ...

Image

Ninja Scroll appartient à cette catégorie de films d'animation japonais plus adultes, qui ont connu un essor au début / milieu des années 90, avec Akira et Ghost in the Shell. Ninja Scroll a aidé à définir un nouveau agenda pour l'animation japonaise, comme une forme d’art plus mature et abordant des thèmes très adultes ... ou tout du moins, avec beaucoup plus de nudité, de sexe et de violence.

J’ai regardé Ghost in the Shell de nombreuses fois plus jeune et si le spectacle visuel et sonore est grandiose, son propos philosophique m'a toujours semblé pompeux. Quant à Akira, je ne l'ai découvert que sur le très tard, j'en retiens qu'il y a une moto rouge et une explosion nucléaire, pour le reste c'est un peu flou dans ma tête. Ninja Scroll lui ne souffre pas de ce mal, il va à l'essentiel.

Se déroulant à l’époque des samouraïs et des ninjas, les habitants d'un village local sont apparemment touchés par la peste. Le chancelier local envoie ses meilleurs hommes et une femme Kagero, tous des ninjas, pour enquêter. Le leader des ninjas est amoureux de Kagero, mais celle-ci ne semble pas intéressée (on comprendra plus tard pourquoi). Dans les bois, ils rencontrent, ce qui semble être, un très grand golem de pierre. Il les massacre tous, arrachant littéralement les bras du chef ninja et buvant toujours littéralement le sang qui coule de son corps mutilé. Il épargne Kagero, mais seulement pour la violer après, puis la tuer ... ou peut-être la tuer, puis la violer (ça ne semble pas avoir beaucoup d’importance pour lui). Elle sera néanmoins sauvée par l'arrivée inattendue de Jubei, un ninja solitaire et semble-t-il venant d'une autre contrée.

Réalisé par Yoshiaki Kawajiri (Vampire Hunter D - Bloodlust, c'est de lui aussi), Ninja Scroll est un film d'animation qui s'adresse à un public averti, car extrêmement violent et érotique, voire même gore et pornographique. La violence est ici frénétique, avec des gerbes de sang qui coulent de partout ... ça coule comme si le robinet était grand ouvert (littéralement). Les scènes de sexe sont plus suggérées que réellement montrées, mais elles sont malgré tout suffisamment "malaisantes", pour montrer la brutalité des rapports entre l'homme et la femme durant cette période des samouraïs et des ninjas. Mais le film n'oublie pas d'ajouter un peu de tendresse dans ce monde très sombre, symbolisé par la relation amoureuse entre Jubei et Kagero.

Les nombreux démons que devront affronter nos deux protagonistes Jubei et Kagero, accompagnés d'un vieux sage (en réalité pas si sage que ça), sont parfaitement identifié et tous uniques. Nous avons par exemple le démon bossu, construit sur la roche et dont la bosse est un nid de guêpes ou une femme serpent, qui peut réellement changer de peau. Le film explore un vrai fond mythologique et s'amuse de ça pour définir ses méchants. L’histoire semble n'être qu'un prétexte pour mettre en place un système de "boss level" et c’est vraiment le cas. Il y a huit démons qu'il va falloir affronter et éliminer un à un, avant d'accéder au "boss final". Le scénario est simpliste au possible, mais il laisse malgré tout le temps (entre deux confrontations) pour définir les enjeux du récit et développer la personnalité de nos deux héros. Jubei est tout de suite défini comme un anti-héros à la cool. C'est en quelque sorte la version ninja, plus traditionnelle, de Spike Spiegel (Cowboy Bebop). Kagero quant à elle, est une femme forte, séduisante et au destin tragique. Elle est victime d'une malédiction, qui est étroitement liée au destin de Jubei ...
► Afficher le texte
L’animation fourmille de détails, c'est très dynamique et ça bouge de partout. Cette réalisation frénétique de Yoshiaki Kawajiri tranche avec les standards de l'époque. La partition musicale est quant à elle très mystique, ce qui renforce l'aspect sombre et brutal du film. L'image plus moderne et le son plus traditionnel, se marient étonnement bien ici. Yoshiaki Kawajiri semble avoir eu les coudées franches (libre de toute censure) pour faire son film, pour proposer ainsi une animation innovante et mature qui fonctionne vraiment bien ici.

Ninja Scroll gère plutôt bien l'histoire d’amour tragique au sein de son récit. De plus il distille une petite touche d’humour bien sentie, au milieu de tout ce chaos. Ninja Scroll c'est tout ça, mais c'est aussi et surtout 1h30 d'action ininterrompue, versant volontiers dans l'horreur, le gore et le sexe. C'est donc un film que je recommande surtout pour un public averti et fan du genre. Pour les nouveaux arrivants, je vous préviens tout de suite, les vingt premières minutes du film vont être un peu rudes à encaisser. Mais si vous passez ce cap des vingt premières minutes, vous devriez apprécier l'expérience ...

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 13152
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par Gringos10 »

Ninja Scroll c'est du lourd, le meilleur de kawajiri dont j'apprécie la plupart des travaux (notamment la cité interdite et cyber city oedo 808)
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Conquérant de la lumière
Messages : 1373
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par lessthantod »

Je viens de mater Vampire Hunter D - Bloodlust ...

Image

Comme pour Ninja Scroll du même réalisateur, Vampire Hunter D - Bloodlust c'est du 100% Yoshiaki Kawajiri. C'est de l’action pure, versant volontiers dans l’horreur, le fantastique, la science-fiction et un peu de sexe selon les envies. Yoshiaki Kawajiri ne se limite vraiment pas à une seule source d'inspiration et aime bien mélanger les genres quand l’occasion se présente ... et ça tombe bien, car Vampire Hunter D - Bloodlust s'y prête bien (au mélange des genres). Sur la forme, on retrouve ici toute la frénésie de mise en scène de Yoshiaki Kawajiri, soupoudrée de petits moments gores et érotiques (à ce niveau, Vampire Hunter D - Bloodlust est très soft, comparé à Ninja Scroll) dont il fait preuve habituellement.

Lorsque Charlotte, la fille de la riche famille Elbourne, est apparemment kidnappée par le baron vampire Meier Link, son père engage des chasseurs de vampires pour la ramener. L’un des chasseurs est un dhampir, un hybride mi-vampire / mi-humain, connu sous le nom de "D". Ses principaux concurrents sont les frères Marcus, qui travaillent aux côtés d’une femme appelée Leila, au passé mystérieux. Elle a ses raisons personnelles, qui expliquent pourquoi elle hait autant les vampires, mais je n'en dirais pas plus. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, ils se lanceront dans de nombreux combats contre une variété de créatures démoniaques, chacune étant déterminée à sauver Charlotte et à collecter la récompense.

Ce film se déroule dans un futur lointain, dans un monde où les vampires existent toujours, mais dont leur nombre diminue grâce aux actions des chasseurs de vampires. C'est clairement un monde où les vampires sont menacés de disparaitre, il n'en reste que quelques uns. Et puis les choses se compliquent encore plus, quand il devient évident que Charlotte est partie avec Meier de son plein gré, parce qu’elle est amoureuse de lui. Le film se concentre surtout sur les combats, mais lorsqu'il fait une pause entre deux combats, il nous en apprend un peu plus sur le passé de D et sur les motivations de Leila. Il est également évident, que tout le monde ne va pas survivre à la fin.

Vampire Hunter D - Bloodlust m'a un peu rappelé Blade, à certains moments. Dans cette version animée de Blade, le chasseur de vampires (aka Blade) est en effet à moitié humain et à moitié vampire, mais c’est à peu près là que les similitudes s’arrêtent. Vampire Hunter D - Bloodlust se déroule quant à lui dans un avenir lointain et D est un chasseur qui préfère une bonne épée à l’ancienne pour combattre le mal de son temps.

Sur la forme, le film brille de milles feux. L'animation est ultra dynamique et ça fourmille de détails à chaque plan. L'ambiance sonore n'est pas reste, ça fait parti des BO dont on se souvient longtemps après. Par contre sur le fond, c'est quand même très léger (c’est peut-être là que le bât blesse). L'histoire est cousue de fil blanc, ne réserve aucune surprise et n'évite pas certains clichés (le méchant vampire qui n'est pas si méchant que ça). Résultat, on ne ressent que trop peu d'empathie pour ses personnages. Le film aurait mérité une histoire plus complexe et un travail plus appondis niveau écriture / développement des personnages.

En dépit d’être un film de vampires et de démons s'inspirant de mythes connus de tous, certaines des créatures et des armes imaginées par Yoshiaki Kawajiri sont très originales. On reconnait tout de suite d'où vient l'inspiration pour la plupart des créatures, mais d’autres sont complètement nouvelles pour moi. Beaucoup de soin a été porté dans la réalisation de Vampire Hunter D -Bloodlust et le résultat est largement à la hauteur des efforts consentis.

Il y a beaucoup d’action dans Vampire Hunter D - Bloodlust, ce qui m'a un peu rappelé les films des débuts de James Cameron, avec le tout premier Terminator et Aliens. Il y a très peu de dialogues et on enchaine les scènes d'action à un rythme très soutenu. On est tout le temps en mouvement, c'est de ce fait l'action qui fait avancer le récit et pas les dialogues. Les personnages sont assez intéressants, même si pour la plupart (à l'exception de D et Leila) ils manquent de développement. Plutôt que d’avoir des vampires maléfiques et des humains héroïques, le film essaie de nuancer tout ça (tout n'est pas simplement blanc ou noir). Meier possède bien sûr une face sombre, étant donné qu’il est présenté comme le méchant du film, mais il y a une tentative (plus ou moins réussie) de le rendre sympathique.

L'un des aspects que j'ai trouvé intéressant du film, c’est que tous les méchants incarnent ici un éléments "matériel" qui semble absent dans le tissu réel du film. L’un d’eux peut se déplacer dans les ombres, lui-même appartenant à ce néant. Un autre peut prendre la forme de n’importe quelle structure. Une troisième créature crée des illusions à partir de la mémoire des gens et est elle-même une entité spectrale composée à partir d’illusions.

L’histoire est remplie d’éléments emprunts à Roméo et Juliette (les amants tragiques), à la créature Frankenstein (la créature incomprise) et invoque même le racisme (les vampires sont juste incompris). Le mélange des genres est plus ou moins cohérent, parfois moins que plus. Aprés tout, ça semble avoir du sens, si on est pas trop exigent. Tant que vous ne vous posez pas trop de questions sur la cohérence des actes de chacun, on peut admettre beaucoup de choses ... mais seulement si vous ne réfléchissez pas trop !

De plus, je ne comprends pas cette vision fantasmée des vampires, qui en font des créatures incomprises, persécutées ... allant même jusqu'à en faire des victimes. Alors certes, le film s'inscrit dans la vision romantique du vampire, du vampire séducteur et d'une beauté sans équivoque. Or, n'oublions pas que les vampires sont des chasseurs qui tuent les humains pour survivre ... fin de l’histoire, pas de négociation possible ! On ne se dit pas "Peut-être pourrions-nous simplement les traiter comme nos égaux et vivre en paix avec eux ?"

Bref, si vous aimez l'action frénétique et si le mélange des genres horreur / fantastique / science-fiction ne vous fait pas peur, alors vous allez adorer Vampire Hunter D - Bloodlust. Si vous voulez une histoire qui a du sens, avec une ligne directrice, des personnages attachants et qui ne vous jette à la gueule un gloubi-boulga de références indigestes (la créatures de la créature de Frankenstein, le racisme, Roméo et Juliette ...), vous allez tousser plus d'une fois. Malgré tout, je le recommanderais certainement aux fans d'animation japonais et d'histoires de vampires.

Avatar de l’utilisateur
lessthantod
Conquérant de la lumière
Messages : 1373
Inscription : 13 nov. 2020 17:21
Localisation : Ô Toulouuuse

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par lessthantod »

Gringos10 a écrit :Ninja Scroll c'est du lourd, le meilleur de kawajiri dont j'apprécie la plupart des travaux (notamment la cité interdite et cyber city oedo 808)
Pour l'instant, je n'ai vu que ses 2 œuvres les plus connues Ninja Scroll et Vampire hunter D - Bloodlust et j'ai largement préféré le premier au second.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Gringos10
Expendable
Messages : 13152
Inscription : 31 oct. 2020 23:08
Localisation : RP

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par Gringos10 »

lessthantod a écrit :
26 juin 2022 20:40
Gringos10 a écrit :Ninja Scroll c'est du lourd, le meilleur de kawajiri dont j'apprécie la plupart des travaux (notamment la cité interdite et cyber city oedo 808)
Pour l'instant, je n'ai vu que ses 2 œuvres les plus connues Ninja Scroll et Vampire hunter D - Bloodlust et j'ai largement préféré le premier au second.
Tu devrais apprécié la cité interdite qui est de la même période que ninja Scroll.

Sinon pour moi le seul vampire hunter qui compte c'est celui avec Amano à la DA :

Image

(Même si techniquement il est à la rue)
"Avec le canon d'un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles"
MY FEEDBACK
MES RECHERCHES
MA COLLECTION

Avatar de l’utilisateur
Killvan
Conquérant de la lumière
Messages : 1226
Inscription : 15 nov. 2020 11:35
Localisation : Nancy

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par Killvan »

Je me remets à Castlevania sur Netflix. Ca démarre fort dès le 1er épisode de la saison 1 !
Fly, Aiolia, Secret of Mana et la GBA, c'est plus fort que toi !

Image

Avatar de l’utilisateur
Kannagi
Cosmocat
Messages : 550
Inscription : 10 déc. 2020 18:09

Le dessin animé/Anime que je viens de regarder !

Message par Kannagi »

Killvan a écrit :
27 juin 2022 10:23
Je me remets à Castlevania sur Netflix. Ca démarre fort dès le 1er épisode de la saison 1 !
J'ai trouvé que le début super , après ça devient très mauvais (avis perso )

Répondre

Revenir à « Le club Dorothée »